Journal de l'économie

Envoyer à un ami
Version imprimable

Flambée des rémunérations pour les grands patrons en 2021





Le 23 Novembre 2022, par Olivier Sancerre

Les dirigeants des grandes entreprises n'ont aucun problème de pouvoir d'achat ! Une nouvelle étude montre une forte hausse de la rémunération des grands patrons, ce qui ne manquera pas de relancer le débat à l'heure de la flambée de l'inflation.


Beaucoup d'argent pour les dirigeants

Les dirigeants des grandes entreprises françaises cotées n'ont pas trop de problème pour boucler les fins de mois. Selon l'étude annuelle Proxinvest, la moyenne de la rémunération chez les grands patrons du SBF120 (les 120 plus grandes entreprises cotées en Bourse) atteint 4,5 millions d'euros au titre de l'exercice 2021 : un record historique depuis quinze ans, relève le cabinet. C'est un chiffre en hausse de 15% par rapport à 2019. Pour les dirigeants du CAC40, la moyenne est encore plus élevée puisqu'elle se monte à 7,9 millions d'euros (+52%).

La palme revient à Carlos Tavares, le patron de Stellantis, dont la rémunération a été de 66,7 millions d'euros en 2021. Le groupe conteste toutefois cette rémunération et parle de 19,1 millions d'euros. Quoi qu'il en soit, c'est beaucoup d'argent : « choquant et excessif », avait même jugé Emmanuel Macron durant la campagne électorale. Il appelait alors à une réforme au niveau européen.

Toutes les composantes de la rémunération en hausse

Le reste du podium est composé de Bernard Charlès, le directeur général de Dassault Systèmes, avec 44,1 millions d'euros (+114%), et de Daniel Julien, le PDG de Teleperformance avec 19,6 millions (+15%). Les contre-pouvoirs au sein de ces entreprises cotées sont les actionnaires, qui votent pour ou contre ces niveaux de rémunérations. Mais souvent, le dernier mot revient au conseil d'administration qui les valident.

Proxinvest prend en compte l'ensemble de la rémunération, dont toutes les composantes ont augmenté par rapport à 2019 : c'est le cas du salaire fixe relevé de 1,5% (SBF 120) et de 4,2% (CAC40), des attributions d'options et d'actions (+39,6% pour le SBF120), du bonus annuel moyen (respectivement +19,9% et +33,6%). C'est Carlos Tavares qui a touché le bonus le plus élevé : 7,5 millions d'euros.




Nouveau commentaire :
Twitter

Le JDE promeut la liberté d'expression, dans le respect des personnes et des opinions. La rédaction du JDE se réserve le droit de supprimer, sans préavis, tout commentaire à caractère insultant, diffamatoire, péremptoire, ou commercial.

France | International | Entreprises | Management | Lifestyle | Blogs de la rédaction | Divers | Native Advertising | Juris | Art & Culture | Prospective | Industrie immobilière | Intelligence et sécurité économique - "Les carnets de Vauban"













Rss
Twitter
Facebook