Journal de l'économie

Envoyer à un ami
Version imprimable

Ford : un Brexit sans accord occasionnerait des pertes allant jusqu’à un milliard de dollars





Le 25 Janvier 2019, par

Au fur et à mesure que l’échéance se rapproche, les grands groupes industriels alertent les autorités et les marchés des difficultés à venir en cas d’absence d’accord sur le Brexit. Ford chiffre son manque à gagner à un milliard de dollars.


Après Airbus et plusieurs autres entreprises, c’est au tour de Ford d’annoncer les potentielles que le constructeur automobile pourrait subir si d’aventure, les députés britanniques ne parvenaient pas à s’entendre sur l’accord négocié entre Theresa May et l’Union européenne. Si le texte finissait par être retoqué par le Parlement anglais, le Royaume-Uni ferait certainement face à un chaos économique, le pays devant respecter les règles de l’OMC, bien plus contraignantes qu’avec un accord en bonne en due forme avec l’UE. 

L’impact d’un « hard Brexit » sur Ford représenterait pour le groupe automobile américain une perte comprise entre 500 millions de dollars, et un milliard. Tout dépend du niveau de difficulté d’accès au marché britannique et européen qu’une telle éventualité recouvre : tarifs douaniers, approvisionnement plus difficile, menaces sur l’emploi… Ford a déjà annoncé une restructuration de grande envergure en Europe, avec à la clé des centaines de suppressions d’emplois. 

Ford, le deuxième plus grand constructeur automobile aux États-Unis, travaille d’ores et déjà sur les conséquences d’un Brexit « dur » : « Nous espérons que cela n’arrivera pas, mais nous ne voulons pas attendre [d’être mis au pied du mur] », explique le directeur financier de la société, Bob Shanks. Le même avait indiqué la semaine dernière qu’un divorce entre le Royaume-Uni et l’Union européenne sans accord serait « catastrophique ».


Journaliste spécialisé dans les nouvelles technologies, Olivier Sancerre est aussi versé dans... En savoir plus sur cet auteur

Tags : Ford

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Le JDE promeut la liberté d'expression, dans le respect des personnes et des opinions. La rédaction du JDE se réserve le droit de supprimer, sans préavis, tout commentaire à caractère insultant, diffamatoire, péremptoire, ou commercial.

France | International | Entreprises | Management | Lifestyle | Blogs de la rédaction | Divers | Native Advertising | Juris | Art & Marché | Billets d'humeur | Industrie immobilière



Les entretiens du JDE

Frederic Buisson, délégué syndical Groupe adjoint CFE – CGC du groupe Casino : "Casino conserve un temps d’avance par rapport à la concurrence"

François Bertauld, PDG de Médiane Système : "Aujourd’hui les entreprises de services du numérique sont devenues un soutien essentiel à l’innovation industrielle."

Justine Huiwen ZHANG : "Mieux comprendre la Chine"

Bernard Attali : "Un vent de violence"

Guerre économique : « c’est un leadership mondial qui se joue »

​Droite-gauche : la fin d’une époque ?

Laurence Gilardo, déléguée syndicale SNTA/FO du groupe Casino : « les salariés comme les syndicats du groupe Casino doivent resserrer les rangs »

« Dans les échanges économiques entre les entreprises, la professionnalisation et l’éthique sont indissociables de la fonction achat », Bruno Crescent, ancien directeur des achats d’EDF










Rss
Twitter
Facebook