Journal de l'économie

Envoyer à un ami
Version imprimable

Google, Intel, Qualcomm et Broadcom ne peuvent plus fournir Huawei





Le 20 Mai 2019, par François Lapierre

Huawei est dans la tourmente depuis la décision de Donald Trump d’interdire au groupe chinois de travailler avec des entreprises américaines. Plusieurs fournisseurs du constructeur ont annoncé la suspension de fourniture de leurs équipements et technologies.


Huawei se retrouve dans l’œil du cyclone entre les États-Unis et la Chine. La signature par Donald Trump, la semaine dernière, d’un décret exigeant l’arrêt des échanges commerciaux entre l’entreprise chinoise et les sociétés américaines a des répercussions très importantes sur son activité. Ainsi, Google a confirmé la suspension de la licence Android qui permet aux smartphones de Huawei de proposer à leurs utilisateurs l’accès aux services du moteur de recherche. Parmi lesquels la boutique d’applications Play Store, l’e-mail Gmail, les cartes de Google Maps, les vidéos YouTube… 

Google a précisé que les utilisateurs actuels de produits Huawei pourront continuer à accéder au Play Store ainsi qu’au système de sécurité Google Play Protect. Par contre, les futurs smartphones de Huawei n’auront plus droit à l’ensemble des services de Google. Huawei pourra toujours s’appuyer sur la version open-source d’Android, qui est bien moins complet. Le constructeur n’a cependant pas que ce front à gérer. Plusieurs entreprises américaines ont annoncé la suspension de leurs échanges : c’est notamment le cas d’Intel, de Qualcomm et de Broadcom.

Le coup est rude pour Huawei, car ces fournisseurs sont essentiels pour bon nombre de ses produits. Qualcomm fournit ainsi des puces indispensables pour les smartphones du constructeur, Intel des éléments nécessaires pour les ordinateurs du groupe… Huawei avait pris les devants, en constituant un stock de composants qui lui permettront de tenir trois mois. Au-delà, des décisions drastiques sont à prévoir.



Tags : Huawei

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Le JDE promeut la liberté d'expression, dans le respect des personnes et des opinions. La rédaction du JDE se réserve le droit de supprimer, sans préavis, tout commentaire à caractère insultant, diffamatoire, péremptoire, ou commercial.

France | International | Entreprises | Management | Lifestyle | Blogs de la rédaction | Divers | Native Advertising | Juris | Art & Marché | Billets d'humeur | Industrie immobilière



Les entretiens du JDE

Frederic Buisson, délégué syndical Groupe adjoint CFE – CGC du groupe Casino : "Casino conserve un temps d’avance par rapport à la concurrence"

François Bertauld, PDG de Médiane Système : "Aujourd’hui les entreprises de services du numérique sont devenues un soutien essentiel à l’innovation industrielle."

Justine Huiwen ZHANG : "Mieux comprendre la Chine"

Bernard Attali : "Un vent de violence"

Guerre économique : « c’est un leadership mondial qui se joue »

​Droite-gauche : la fin d’une époque ?

Laurence Gilardo, déléguée syndicale SNTA/FO du groupe Casino : « les salariés comme les syndicats du groupe Casino doivent resserrer les rangs »

« Dans les échanges économiques entre les entreprises, la professionnalisation et l’éthique sont indissociables de la fonction achat », Bruno Crescent, ancien directeur des achats d’EDF










Rss
Twitter
Facebook