Journal de l'économie

Envoyer à un ami
Version imprimable

Hacking : des apports certains à la sécurité informatique





Le 11 Décembre 2013

Lors du week-end du 7-8 décembre s’est déroulé dans un certain anonymat dans le département du Nord un évènement pourtant central pour qui s’intéresse à la sécurité informatique : la finale du HackNowLedge Contest, qui réunissait les meilleures équipes de hacking venues de différents pays, dont la France.


Au cœur de la cybersécurité

crédit: wikimedia
crédit: wikimedia
La finalité de cette compétition pas comme les autres n’est autre que la participation à la plus grande convention de hackers du monde : le DEF CON, qui se déroulera à Las Vegas l’été prochain. Même si cette compétition conserve un aspect ludique et peut laisser les profanes circonspects, les professionnels confrontés aux problématiques de la sûreté informatique et à la sauvegarde des données en entreprises comprendront rapidement l’intérêt d’un tel évènement. L’activité de piratage informatique constitue un véritable fléau pour les entreprises. Mais le rassemblement en France de ces amateurs avertis ou professionnels de l’informatique versant dans le hacking n’est pourtant nullement un séminaire de criminels du web. Bien au contraire, l’idée est de faire prévaloir un « hacking éthique » tout en pointant les problématiques propres à la cybersécurité. La compétition, qui dure dix heures, comprend différents types d’épreuves : clef de chiffrement, biométrie, digits codes, serrures, téléphones. Toutes ces composantes sont passées en revue et minutieusement contournées ou manipulées, dans le but de mettre en exergue les différentes compétences informatiques des participants. 


Au cœur des enjeux informatiques

Mais ces rassemblements ne sont pas qu’un étalage de compétences. Il s’agit également d’échanger sur différents aspects de cette activité, et d’en sensibiliser les acteurs. Me Rault, du cabinet BRM, lors d’une conférence précédant la compétition, aborde même la problématique de la légalité dans une activité qui se déroule, pour l’essentiel, en zone « grise ». Pour lui : « Il faut rappeler qu’un test d’intrusion ne peut se faire sans l’accord du propriétaire ». Un échange a également lieu sur l’actualité des Anonymous, notamment dans le Maghreb alors que la région vit une transition politique décisive. Bien loin des clichés, les hackers semblent bel et bien au fait de l’actualité et bien ouverts sur le monde. Le DEF CON américain, qui rassemble chaque année la crème du hacking mondial se veut être par ailleurs être une plate-forme privilégiée d’échanges entre les différents acteurs de la sécurité informatique. Nombreux sont les responsables informatiques et les officiels à s’intéresser de plus en plus à ce type de conventions aux États-Unis. On peut en revanche déplorer le trop faible intérêt que suscite ce milieu à la fois assez paradoxalement marginal et central chez un grand nombre de professionnels. Ce faible intérêt va par ailleurs dans le sens d’une prise de conscience trop tardive de l’importance, chez toutes les entreprises, de développer des systèmes performants de protection des données.





Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Le JDE promeut la liberté d'expression, dans le respect des personnes et des opinions. La rédaction du JDE se réserve le droit de supprimer, sans préavis, tout commentaire à caractère insultant, diffamatoire, péremptoire, ou commercial.

France | International | Entreprises | Management | Lifestyle | Blogs de la rédaction | Divers | Native Advertising | Juris | Art & Marché | Billets d'humeur | Industrie immobilière



Les entretiens du JDE

​Droite-gauche : la fin d’une époque ?

Laurence Gilardo, déléguée syndicale SNTA/FO du groupe Casino : « les salariés comme les syndicats du groupe Casino doivent resserrer les rangs »

« Dans les échanges économiques entre les entreprises, la professionnalisation et l’éthique sont indissociables de la fonction achat », Bruno Crescent, ancien directeur des achats d’EDF

Pierre Bergounioux : « Les gouvernements, de droite comme de gauche, ont accompli le tour de force, depuis un demi-siècle, de ne rien changer à l’ordre des choses »

Marc Lazar : « La peuplecratie, c’est l’idée que la souveraineté du peuple est sans limites ».

Guillemette Devernois : « Maladies rares : Il faut s’emparer des avancées de la recherche scientifique »

« Appel à la guérilla mondiale »

Nicolas Pham, cofondateur de Beaubleu : « la Maison aux aiguilles rondes »










Rss
Twitter
Facebook