Journal de l'économie

Envoyer à un ami
Version imprimable

Immatriculations neuves : le mois de mai montre une légère amélioration





Le 1 Juin 2020, par Olivier Sancerre

Si le volume des immatriculations neuves est toujours en fort recul par rapport à l'an dernier, le mois de mai marque une amélioration pour le marché automobile français.


Baisse des immatriculations neuves de plus de 50%

Il n'y a évidemment pas eu de miracle au mois de mai : les immatriculations neuves ont plongé, tout comme durant les deux mois précédents. Le déconfinement a débuté le 11 mai, ce qui a permis aux concessionnaires de rouvrir prudemment leurs portes. Pas suffisamment cependant pour revenir au niveau d'activité d'avant la crise sanitaire : il s'est immatriculé 96.310 véhicules neufs pour particuliers le mois dernier. Un volume en retrait de 50,3% par rapport à l'année dernière. Néanmoins, le mois de mai fait mieux que mars et avril, où les immatriculations ont dégringolé de respectivement 72% et 88,8%. Le Comité des constructeurs français d'automobiles (CCFA), qui a publié ce nouveau bilan mensuel, a relevé une « nette reprise » fin mai : la distribution, la livraison et les commandes se sont débloquées.

Durant le 19 mai, soit une semaine après le début du confinement, le niveau était de 7.000 immatriculations neuves, soit un niveau similaire à celui d'une journée avant la pandémie de coronavirus. Plutôt encourageant, même si l'organisation ne se fait aucune illusion : les estimations pour l'année 2020 montrent une chute comprise entre -20% et -30% des immatriculations neuves. Le CCFA prévient toutefois que les perspectives demeurent très floues.

Recul de tous les constructeurs

Dans ce contexte, tous les constructeurs automobiles ont plongé à commencer par les représentants français. Le groupe PSA a enregistré une baisse massive de 56% de ses immatriculations, tandis que Renault essuie un recul de 50,4%. Renault a d'ailleurs dévoilé la semaine dernière son plan visant à réaliser plus de 2 milliards d'euros d'économies sur trois ans, avec notamment la suppression de 4.600 postes en France. L'entreprise va aussi bénéficier d'un prêt garanti par l'État de 5 milliards d'euro.

La phase 2 du déconfinement, qui débute le 2 juin, assouplit un peu plus les règles pour les déplacements. Il sera plus facile pour les Français de se déplacer, ce qui devrait permettre à la filière de rebondir. Ce d'autant que le gouvernement a mis en place des mesures de soutien à la demande : bonus et primes à la conversion plus généreux, en attendant des dispositifs de plus long terme attendus dans les prochains mois.




Nouveau commentaire :
Twitter

Le JDE promeut la liberté d'expression, dans le respect des personnes et des opinions. La rédaction du JDE se réserve le droit de supprimer, sans préavis, tout commentaire à caractère insultant, diffamatoire, péremptoire, ou commercial.

France | International | Entreprises | Management | Lifestyle | Blogs de la rédaction | Divers | Native Advertising | Juris | Art & Marché | Prospective | Industrie immobilière | Intelligence et sécurité économique - "Les carnets de Vauban"














Rss
Twitter
Facebook