Journal de l'économie

Envoyer à un ami
Version imprimable

Inflation : le seuil des 2% est encore lointain





Le 3 Juillet 2024, par François Lapierre

La Banque centrale européenne (BCE) maintient une posture prudente malgré une première baisse des taux en juin. Christine Lagarde, présidente de l'institution, insiste sur la nécessité de ramener l'inflation à 2% pour stabiliser l'économie de la zone euro.


L'inflation persistante inquiète la BCE

En juin, la Banque centrale européenne a effectué sa première réduction des taux depuis cinq ans, après avoir ramené l'inflation en zone euro à 2,6% sur un an en mai, un net recul par rapport au pic de 10,6% enregistré en octobre 2022. Cette décision, largement anticipée, visait à répondre à la dynamique inflationniste sans précédent observée depuis l'introduction de l'euro.

Cependant, Christine Lagarde a insisté sur le fait que le travail de la BCE est loin d'être terminé. « Nous ne nous reposerons pas tant que le match ne sera pas gagné et que l'inflation ne sera pas revenue à 2% », a-t-elle déclaré lors du forum annuel organisé à Sintra, au Portugal. Elle a ajouté que la situation reste incertaine en raison de la volatilité persistante de l'inflation.

Malgré la résorption des pénuries de biens post-Covid-19 et une moindre pression de la hausse des prix de l'énergie due à la guerre en Ukraine, Christine Lagarde a averti que plusieurs incertitudes demeurent. Parmi elles, l'évolution de la relation entre profits, salaires et productivité constitue un facteur crucial à surveiller. Les hausses de salaires visant à compenser les pertes de pouvoir d'achat pourraient exercer une pression inflationniste continue.

Vers une nouvelle baisse des taux ?

En outre, la BCE doit rester vigilante face à d'éventuels nouveaux chocs du côté de l'offre, bien que leur nature précise reste indéterminée. Ces éléments pourraient influencer l'évolution des prix dans les mois à venir, rendant le parcours de l'inflation particulièrement cahoteux.

Christine Lagarde a également mentionné que, malgré ces incertitudes, l'inflation devrait atteindre à nouveau les 2% « à la fin de l'année prochaine ». Cette prévision est soutenue par l'anticipation d'une possible nouvelle baisse des taux d'ici la fin de l'année, comme l'a indiqué le gouverneur de la Banque de Slovaquie, qui a rassuré les marchés la semaine dernière.

La perspective d'une nouvelle réduction des taux fait de moins en moins de doute. Les marchés monétaires parient actuellement sur une baisse totale de 68 points de base cette année, avec une probabilité d'environ 70% pour une troisième baisse après celles de juin et de septembre. Cette dynamique indique que la BCE pourrait envisager de réduire ses taux une fois par trimestre, ce qui ramènerait le taux de dépôt à 3,25% d'ici fin 2024.



Tags : bce, inflation

Nouveau commentaire :
Twitter

Le JDE promeut la liberté d'expression, dans le respect des personnes et des opinions. La rédaction du JDE se réserve le droit de supprimer, sans préavis, tout commentaire à caractère insultant, diffamatoire, péremptoire, ou commercial.

France | International | Mémoire des familles, généalogie, héraldique | Entreprises | Management | Lifestyle | Blogs de la rédaction | Divers | Native Advertising | Juris | Art & Culture | Prospective | Immobilier, Achats et Ethique des affaires | Intelligence et sécurité économique - "Les carnets de Vauban"



Les entretiens du JDE

Les Arpents du Soleil: un vignoble normand dans la cour des grands

Tarek El Kahodi, président de l'ONG LIFE : "Il faut savoir prendre de la hauteur pour être réellement efficace dans des situations d’urgence"

Jean-Marie Baron : "Le fils du Gouverneur"

Les irrégularisables

Les régularisables

Aude de Kerros : "L'Art caché enfin dévoilé"

Robert Salmon : « Voyages insolites en contrées spirituelles »

Antoine Arjakovsky : "Pour sortir de la guerre"











Rss
Twitter
Facebook