Journal de l'économie

Envoyer à un ami
Version imprimable

Justine Huiwen ZHANG : "Mieux comprendre la Chine"





Le 27 Juin 2019, par Justine Huiwen ZHANG

Quelle joie, quelle curiosité, lorsque les auteurs m’ont gentiment invitée à faire la relecture. Moi qui suis née et qui ai grandi dans la province du Jiangsu, sur la côte Est de la Chine, qui, par paresse, n’ai jamais visité la capitale ou d’autres régions chinoises, je découvre un pays que je connais si mal.


Voici un livre, ou plutôt, une déclaration d’amour pour la Chine, écrit par deux jeunes Français, après des voyages et des études en Chine, des lectures abondantes, des rencontres improbables.
 
Chinoise d’origine, il ne me vient jamais à l’idée de m’intéresser à la culture de mon pays d’origine. Il suffit de lire une seule fois « Mieux comprendre la Chine », pour que quelqu’un comme moi soit ému. Ce n’est pas la première œuvre sur l’empire du Milieu, que la Chine influence et fascine de plus en plus n’étant que l’une des tendances de notre époque, mais elle est sans doute la plus singulière : cet ouvrage constitue un lieu de rencontre, entre la France et la Chine, entre le passé et le présent, entre la culture classique et l’innovation technologique, entre le monde du commerce et la sphère de la communication.
 
Singulière expérience, lorsque j’entre dans le livre, en me laissant guider par les auteurs, dans leur décryptage passionnant des caractères chinois. Quelques souvenirs d’école me reviennent, mais surtout, il y a tant de choses que j’ignore ! Ce qui pourrait ressembler à un exercice de dissection s’avère un voyage au pays des merveilles : tant de richesse, d’intelligence sont cachées derrière ces caractères chinois. Une langue c’est un univers, qui permet de mieux appréhender l’univers dans lequel nous vivons. Est-ce pour mieux refléter la complexité de la vie, de notre condition humaine, que la langue chinoise est si complexe ?
 
Mais ce livre ne parle pas seulement de la Chine, il parle aussi de l’Occident, ou plutôt des liens, souvent méconnus, entre la Chine et l’Occident. Le plaisir est encore plus vif, quand on découvre que des racines grecques se cachent dans des mots chinois, que pendant la période de royaumes combattants, un auteur chinois «Guiguzi» préconise des stratégies politiques qui ressemblent étrangement aux pensées de Machiavel, et qu’Icare n’est pas seulement dans la mythologie grecque, mais aussi représenté par un caractère chinois qui signifie « se vanter » : l’Icare chinois se compare au soleil et meurt de soif…
 
L’objectif du livre est d’inviter la France et l’Europe à mener une politique européenne pour mieux dialoguer avec la Chine. Ayant vécu dans les deux continents, connu les deux cultures, je crois sincèrement qu’une coopération entre l’Europe et la Chine est envisageable.
 
Justine Huiwen ZHANG
D'origine chinoise, Justine est arrivée en France en 2015 pour intégrer l'ESSEC. Diplomée en 2019, elle commence une carrière dans le conseil en stratégie au sein de L.E.K. Consulting. Elle est par ailleurs membre du thinktank "Le Club des Vigilants", et en est contributrice régulière du blog.
 




Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Le JDE promeut la liberté d'expression, dans le respect des personnes et des opinions. La rédaction du JDE se réserve le droit de supprimer, sans préavis, tout commentaire à caractère insultant, diffamatoire, péremptoire, ou commercial.

France | International | Entreprises | Management | Lifestyle | Blogs de la rédaction | Divers | Native Advertising | Juris | Art & Marché | Billets d'humeur | Industrie immobilière | Intelligence et sécurité économique - "Les carnets de Vauban"



Les entretiens du JDE

OPA du fonds Searchlight sur Latécoère : un nouveau scandale Alstom ?

Frédérique Picard :"j’ai décidé de répertorier les leviers spécifiques qui permettent aux femmes d’oser"

Jean-Louis Scaringella, les taux d’intérêt négatifs ou : « l’euthanasie des rentiers »

La Saga des Audacieux

Pouquoi les ambitions protectionnistes chinoises et américaines frappent la France et l'Europe

Frédéric Verdavaine (Nexity) : « Nous sommes au croisement de nombreux enjeux de société structurants pour l’avenir »

​« L’Etat ne peut pas se transformer en « père fouettard » et réguler avec des mesures très restrictives les acteurs innovants de l’économie collaborative »

"Les collectivités territoriales sont nos partenaires privilégiés." Carmen Munoz, Directrice Générale de Citelum












Rss
Twitter
Facebook