Journal de l'économie

Envoyer à un ami
Version imprimable

L’Allemagne a profité de la crise grecque





Le 11 Août 2015, par

Depuis 2010 et le début des problèmes de la Grèce, l’Allemagne n’a eu de cesse de réclamer toujours plus de mesures d’austérité. Mais le pays a largement profité des difficultés d’Athènes.


© Shutterstock/EconomieMatin
© Shutterstock/EconomieMatin
D’après l’Institut Leibniz de recherche économique (IWH), l’Allemagne a généré 100 milliards d’euros d’économies grâce à la situation de la Grèce. Le pays a tout d’abord profité des privatisations réalisées à marche forcée par les différents gouvernements grecs ; mais ce qu’a cherché à évaluer l’IWH, c’est surtout l’impact de la politique monétaire de la Banque centrale européenne s’il n’y avait pas eu la crise en Grèce.

Les investisseurs n’aimant rien tant que placer leur argent dans des placements sûrs, ils se sont jetés sur les emprunts d’État allemands. Depuis 2010 jusqu’à aujourd’hui, les taux simulés sont 3% plus élevés à ce qu’ils ont été en réalité. De fait, l’Allemagne a réalisé des économies d’au moins 100 milliards d’euros sur les quatre dernières années.

100 milliards, cela représente 3% du PIB de l’Allemagne. Cette somme dépasse le coût de la crise, ce même si la Grèce ne remboursait pas l’intégralité de ses dettes. Dans tous les cas, l’Allemagne sort donc vainqueur de la situation.


Journaliste spécialisé dans les nouvelles technologies, Olivier Sancerre est aussi versé dans... En savoir plus sur cet auteur

Tags : allemagne, grèce

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Le JDE promeut la liberté d'expression, dans le respect des personnes et des opinions. La rédaction du JDE se réserve le droit de supprimer, sans préavis, tout commentaire à caractère insultant, diffamatoire, péremptoire, ou commercial.

France | International | Entreprises | Management | Lifestyle | Blogs de la rédaction | Divers | Native Advertising









Les entretiens du JDE

Les entretiens du JDE

Stéphane Roussel, COO de Vivendi et PDG de Gameloft : « Je me vois comme un dénicheur de talents »

La crise des gilets jaunes analysée par Eric Delbecque

Les gilets jaunes sont-ils populistes ? par Francois-Bernard Huyghe

Christian Aghroum : Gilets jaunes et mobilisation numérique

Philippe Schleiter: "faire réussir des choses extraordinaires par des gens ordinaires"

Gilles Imbert, groupe Interconstruction : « Les promoteurs indépendants sont obligés, plus que les autres, de tenir leurs engagements »

Loïk Le Floch-Prigent : « En finir avec le dérèglement industriel »

Florent Skrabacz, CEO de Shadline : « L’invisibilité des données est la clé de la résilience numérique »









Rss
Twitter
Facebook