Journal de l'économie

Envoyer à un ami
Version imprimable

L'Allemagne rapatrie une bonne partie de ses lingots d'or détenus à l'étranger





Le 24 Août 2017, par

La Bundesbank a rapatrié beaucoup des lingots d'or que l'institution monétaire allemande détenait à l'étranger, notamment à Londres, New York et Paris. Des stocks constitués après guerre.


À partir de 1951, la RFA (République fédérale d'Allemagne) a commencé à se constituer un stock d'or pour faire face à une éventuelle crise monétaire. L'époque est à la guerre froide et il n'est pas question, pour la toute jeune Bundesbank, de se retrouver au dépourvu. Grâce aux exportations, l'institution accumule les dollars qui sont changés en or auprès de la Fed, la Banque centrale américaine. Des stocks sont également constitués à Londres et à Paris, bref, aussi loin que possible du pays.

Depuis 2013, la Bundesbank a multiplié les convois — qu'on estime très discrets — visant à mettre dans les coffres de la banque quelques milliers de lingots d'or détenus un peu partout dans le monde. Une opération qui au final a coûté 7,7 millions d'euros, mais qui a permis Carl Ludwig-Thiele, membre du directoire de la Bundesbank, de se présenter récemment devant les médias allemands un lingot en main ! En tout, la Buba a rapatrié 270 000 de ces lingots, ce qui représente 3 378 tonnes d'or… ou encore 120 milliards d'euros !

La banque conserve des réserves à l'étranger. À Londres, se trouvent toujours 432 tonnes d'or. New York garde 1 236 tonnes (un tiers du total des stocks allemands). En revanche, la Bundesbank a nettoyé les coffres qu'elles possédaient en France : Paris détenait encore 374 tonnes d'or. Cette récupération, très coûteuse, est l'épilogue d'une controverse née fin 2012, en pleine crise de la monnaie unique : la Cour des comptes outre Rhin avait en effet estimé que la Bundesbank n'avait jamais vérifié l'authenticité, le poids, ni même fait « l'expérience physique » de ces lingots détenus à l'étranger.


Journaliste spécialisé dans les nouvelles technologies, Olivier Sancerre est aussi versé dans... En savoir plus sur cet auteur

Tags : allemagne

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Le JDE promeut la liberté d'expression, dans le respect des personnes et des opinions. La rédaction du JDE se réserve le droit de supprimer, sans préavis, tout commentaire à caractère insultant, diffamatoire, péremptoire, ou commercial.

France | International | Entreprises | Management | Lifestyle | Blogs de la rédaction | Divers | Native Advertising








Les entretiens du JDE

Les entretiens du JDE

La crise des gilets jaunes analysée par Eric Delbecque

Les gilets jaunes sont-ils populistes ? par Francois-Bernard Huyghe

Christian Aghroum : Gilets jaunes et mobilisation numérique

Philippe Schleiter: "faire réussir des choses extraordinaires par des gens ordinaires"

Gilles Imbert, groupe Interconstruction : « Les promoteurs indépendants sont obligés, plus que les autres, de tenir leurs engagements »

Loïk Le Floch-Prigent : « En finir avec le dérèglement industriel »

Florent Skrabacz, CEO de Shadline : « L’invisibilité des données est la clé de la résilience numérique »

Général Soubelet : « Traitons les vrais problèmes, ne poussons pas les Français à la révolte »









Rss
Twitter
Facebook