Journal de l'économie

Envoyer à un ami
Version imprimable

L'Allemagne va enregistrer la pire récession de son histoire récente





Le 29 Avril 2020, par La rédaction

Une grande partie des pays européens vont essuyer une contraction de leur produit intérieur brut en 2020 en raison de l'épidémie de coronavirus. Ce sera aussi le cas de l'Allemagne, qui devrait subir la pire récession de ses cinquante dernières années.


Le PIB se contracte de 6,3%

« Nous allons vivre la pire récession de l'histoire de la République allemande », a annoncé Peter Altmaier, le ministre de l'Économie. Le PIB devrait se contracter de 6,3% en 2020, du jamais vu depuis le début de la mesure en 1970. Cette estimation se base sur un relèvement progressif et modéré des restrictions de confinement outre Rhin. « Après dix ans de croissance, les conséquences de la pandémie plongent notre économie dans une récession, et posent un grand défi économique et politique », a précisé le ministre. Le deuxième trimestre sera le plus mauvais, avec un PIB en chute de 10%. Pour la fin de l'année, le pays espère une relance de l'activité. Pour 2021, le rebond attendu pourrait permettre à l'Allemagne d'enregistrer une croissance de 5,2%.

Les exportations, sur lesquelles l'Allemagne s'est toujours appuyée, vont fortement reculer : l'estimation est d'une baisse de 11,6% pour l'industrie exportatrice (mais elle enregistrera un rebond de 7,6% l'année prochaine). Quant aux importations, elles se réduiront de 8,2% en 2020, puis augmenteront de 6,5% en 2021. Quant au marché du travail, il sera lui aussi mis sous pression : le chômage atteindra ainsi 5,8% cette année… Un chiffre qui ferait rêver en France en temps normal et encore plus aujourd'hui.

Plan de soutien

L'Allemagne comptait 3 millions de salariés au chômage partiel en mars et en avril. Le niveau devrait cependant être « nettement supérieur » à celui de la crise de 2009. Pour soutenir son économie, le pays a mis en œuvre un plan d'aide de plusieurs centaines de milliards d'euros. À l'instar de Paris, Berlin propose des prêts garantis et des aides directes pour les entreprises. Mais l'impact sur les finances publiques sera moindre qu'en France : l'Allemagne peut en effet puiser dans ses excédents budgétaires pour amortir le choc, ce que l'Hexagone est dans l'impossibilité de faire.

La France a engagé un plan de soutien à hauteur de 110 milliards d'euros qui finance entre autres le chômage partiel (plus de 10 millions de salariés en bénéficient). Si le gouvernement s'attend lui aussi à un rebond de croissance en 2021, le tableau pour cette année est sinistre avec une contraction attendue du PIB de 8%, un déficit à 9% et une dette publique à 115%.



Tags : Allemagne

Nouveau commentaire :
Twitter

Le JDE promeut la liberté d'expression, dans le respect des personnes et des opinions. La rédaction du JDE se réserve le droit de supprimer, sans préavis, tout commentaire à caractère insultant, diffamatoire, péremptoire, ou commercial.

France | International | Entreprises | Management | Lifestyle | Blogs de la rédaction | Divers | Native Advertising | Juris | Art & Marché | Prospective | Industrie immobilière | Intelligence et sécurité économique - "Les carnets de Vauban"



Les entretiens du JDE

Le MoHo : un collectif pour changer le monde !

Couvre-feu : « leur » monde à l’envers

L’intégration des étrangers de France : du mythe à la réalité.

La fin du franc CFA : un livre qui bouscule les idées reçues.

C’est pire qu’un crime, c’est une faute

J’ai deux amours…

Institut Sapiens : « Les concessions autoroutières préservent l’intérêt général »

​Jean-Luc Favène, Directeur Général de Lissac : "Notre modèle de franchise à tout pour séduire indépendants et primo-franchisés"













Rss
Twitter
Facebook