Journal de l'économie

Envoyer à un ami
Version imprimable

L’État nationalise une filiale d’Areva





Le 16 Décembre 2015, par

Alors que l’État réduit toujours plus ses participations dans les entreprises, on apprend que les pouvoirs publics vont procéder à… une nationalisation !


© Shutterstock/EconomieMatin
© Shutterstock/EconomieMatin
Évidemment, il ne s’agit pas de relancer une vague de nationalisations, mais bien plutôt de sécuriser une entreprise dont l’activité est stratégique. Il s’agit en l’occurence d’une partie d’Areva. Alors que le groupe spécialisé dans le nucléaire devait être démantelé en deux morceaux, un troisième va être créé pour les besoins de stratégiques de l’État.

Areva TA, anciennement Technicatome, conçoit des réacteurs de sous-marin et de porte-avions. Cette entité devrait donc passer dans le giron de l’État à hauteur de 50% de son capital, le reste étant apporté par des sociétés à capitaux publics comme DCNS, le CEA et EDF : ces entreprises conserveraient u augmenteraient leurs parts dans Areva TA.

La société, qui revêt une importance particulière pour la Défense française, ne pouvait décemment pas basculer totalement dans le secteur privé. Areva va ainsi accueillir des industriels chinois en tant qu’investisseurs minoritaires : on voit mal l’État accepter de voir des actionnaires étrangers accéder aux secrets nucléaires des armées.


Journaliste spécialisé dans les nouvelles technologies, Olivier Sancerre est aussi versé dans... En savoir plus sur cet auteur

Tags : areva

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Le JDE promeut la liberté d'expression, dans le respect des personnes et des opinions. La rédaction du JDE se réserve le droit de supprimer, sans préavis, tout commentaire à caractère insultant, diffamatoire, péremptoire, ou commercial.

France | International | Entreprises | Management | Lifestyle | Blogs de la rédaction | Divers | Native Advertising








Les entretiens du JDE

Les entretiens du JDE

La crise des gilets jaunes analysée par Eric Delbecque

Les gilets jaunes sont-ils populistes ? par Francois-Bernard Huyghe

Christian Aghroum : Gilets jaunes et mobilisation numérique

Philippe Schleiter: "faire réussir des choses extraordinaires par des gens ordinaires"

Gilles Imbert, groupe Interconstruction : « Les promoteurs indépendants sont obligés, plus que les autres, de tenir leurs engagements »

Loïk Le Floch-Prigent : « En finir avec le dérèglement industriel »

Florent Skrabacz, CEO de Shadline : « L’invisibilité des données est la clé de la résilience numérique »

Général Soubelet : « Traitons les vrais problèmes, ne poussons pas les Français à la révolte »









Rss
Twitter
Facebook