Journal de l'économie

Envoyer à un ami
Version imprimable

L'État vole au secours de BNP Paribas





Le 4 Juin 2014, par

BNP Paribas est dans de mauvais draps. L'établissement bancaire a été pris la main dans le pot de confiture à contourner l'embargo imposé par les États-Unis sur Cuba, le Soudan et l'Iran… durant quatre ans tout de même.


(c) Shutterstock/EconomieMatin
(c) Shutterstock/EconomieMatin
 
La banque a continué à traiter des transactions en dollars dans ces pays, alors qu'ils étaient soumis à l'opprobre américaine. La BNP Paribas a été condamné à une amende record de 10 milliards de dollars (7 milliards d'euros environ), du jamais vu. Si la banque, une des quatre plus importantes en France, avait commencé à provisionner un milliard d'euros pour payer une amende qu'elle savait inévitable, le montant imposé par les autorités américaines est exorbitant et menace jusqu'à l'existence de l'établissement.
 
Si jamais la BNP pouvait payer cette amende faramineuse, et en plus d'un plan d'économies que l'entreprise pourrait mettre en place afin d'assurer ses arrières, cela priverait l'État des retombées des recettes fiscales — on parle là de plusieurs milliards qui iraient alimenter les caisses des États-Unis, plutôt que celle de la France.
 
Il est donc impossible pour l'État de ne pas intervenir. Laurent Fabius, ministre des Affaires étrangères, a balisé le terrain en parlant de « décision injuste et unilatérale », et de sanctions qui « ne sont pas raisonnables ». Celles-ci doivent être « proportionnée et raisonnable ». François Hollande a de son côté envoyé un courrier à Barack Obama pour s'enquérir de la situation. 
 
La pression sera t-elle suffisante pour faire plier une justice américaine qu'on sait très chatouilleuse sur son indépendance ? Ce d'autant qu'elle souhaite visiblement faire un exemple…


Journaliste spécialisé dans les nouvelles technologies, Olivier Sancerre est aussi versé dans... En savoir plus sur cet auteur


Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Le JDE promeut la liberté d'expression, dans le respect des personnes et des opinions. La rédaction du JDE se réserve le droit de supprimer, sans préavis, tout commentaire à caractère insultant, diffamatoire, péremptoire, ou commercial.

France | International | Entreprises | Management | Lifestyle | Blogs de la rédaction | Divers | Native Advertising | Juris | Art & Marché | Billets d'humeur | Industrie immobilière



Les entretiens du JDE

​Droite-gauche : la fin d’une époque ?

Laurence Gilardo, déléguée syndicale SNTA/FO du groupe Casino : « les salariés comme les syndicats du groupe Casino doivent resserrer les rangs »

« Dans les échanges économiques entre les entreprises, la professionnalisation et l’éthique sont indissociables de la fonction achat », Bruno Crescent, ancien directeur des achats d’EDF

Pierre Bergounioux : « Les gouvernements, de droite comme de gauche, ont accompli le tour de force, depuis un demi-siècle, de ne rien changer à l’ordre des choses »

Marc Lazar : « La peuplecratie, c’est l’idée que la souveraineté du peuple est sans limites ».

Guillemette Devernois : « Maladies rares : Il faut s’emparer des avancées de la recherche scientifique »

« Appel à la guérilla mondiale »

Nicolas Pham, cofondateur de Beaubleu : « la Maison aux aiguilles rondes »









Rss
Twitter
Facebook