Journal de l'économie

Envoyer à un ami
Version imprimable

L’Europe autorise le Janssen, quatrième vaccin contre la Covid-19





Le 12 Mars 2021, par Paolo Garoscio

Sur le front de la vaccination, arme principale pour lutter contre la Covid-19 pour laquelle aucun traitement efficace n’existe, la semaine du 8 mars 2021 a été chaotique. Si un quatrième vaccin a été autorisé par l’Agence Européenne du Médicament (EMA), l’AstraZeneca commence à soulever quelques doutes sur sa sécurité.


Le vaccin Janssen autorisé, le premier à la piqûre unique

Pixabay/geralt
Pixabay/geralt
Le 11 mars 2021, l’Agence européenne du médicament (EMA) a confirmé l’autorisation de mise sur le marché du vaccin développé par le laboratoire belge Janssen, filiale du groupe Johnson&Johnson. Il s’agit du quatrième vaccin autorisé par l’Europe et qui va désormais être analysé par les autorités de santé de chaque pays-membre, la Haute Autorité de Santé (HAS) pour la France notamment, pour une mise sur le marché national.

Ce vaccin présente de nombreux avantages face à ses concurrents, à commencer par le fait qu’il ne nécessiterait qu’une seule piqûre, contre deux pour les Moderna, Pfizer et Astrazeneca. De quoi accélérer la vaccination et permettre de protéger plus rapidement la population. Il peut-être conservé trois mois dans un réfrigérateur classique et aurait une efficacité de 85% contre les formes graves de la maladie, sauf concernant le variant sud-africain.

Le vaccin AstraZeneca pose des questions

Cette annonce est, pour les autorités de santé nationales, d’autant plus rassurante que le vaccin AstraZeneca a fait l’objet de doutes. À la suite de problèmes identifiés chez certains patients, notamment la formation de caillots sanguins, plusieurs pays européens comme le Danemark, la Norvège ou encore l’Islande ont suspendu leurs campagnes de vaccination avec ce produit, par précaution.

Toutefois, les chiffres ne sont pas aussi inquiétants que ce que pourraient laisser penser ces annonces : sur 3 millions de personnes vaccinées, l’EMA a en effet recensé 22 cas de thromboses, soit 0,0007% des cas. De quoi permettre à Olivier Véran de déclarer, le 11 mars 2021, que « le bénéfice apporté par la vaccination est jugé supérieur au risque à ce stade » pour justifier que la France n’ait pas pris une telle mesure.




Nouveau commentaire :
Twitter

Le JDE promeut la liberté d'expression, dans le respect des personnes et des opinions. La rédaction du JDE se réserve le droit de supprimer, sans préavis, tout commentaire à caractère insultant, diffamatoire, péremptoire, ou commercial.

France | International | Entreprises | Management | Lifestyle | Blogs de la rédaction | Divers | Native Advertising | Juris | Art & Marché | Prospective | Industrie immobilière | Intelligence et sécurité économique - "Les carnets de Vauban"













Rss
Twitter
Facebook