Journal de l'économie

Envoyer à un ami
Version imprimable

L'Europe prête à financer l'intervention de la France en Centrafrique





Le 17 Décembre 2013, par

Laurent Fabius, le ministre des Affaires étrangères, désirait un meilleur investissement de l'Europe sur le terrain des interventions militaires. Il va être servi. Bruxelles a décidé lundi d'examiner les mécanismes de financement pour les opérations extérieures d'urgence.


L'opération française en Centrafrique pourrait coûter 150 millions d'euros.
L'opération française en Centrafrique pourrait coûter 150 millions d'euros.

Concrètement, la Commission européenne va se pencher sur la question d'une intervention militaire multilatérale en Centrafrique, pour rejoindre la France engagée financièrement et militairement depuis quelques jours. Laurent Fabius a déclaré à ce sujet que le soutien de l'Union était "unanime".

 

L'Europe devrait tripler l'aide humanitaire envoyée en Centrafrique, actuellement de 20 millions d'euros. Elle devrait également débloquer une somme de 50 millions d'euros pour aider au financent des forces africaines. Enfin, une enveloppe de 23 millions d'euros devrait s'ajouter à la cagnotte pour aider à reconstruire le pays une fois le conflit terminé, notamment au niveau des élections et des administrations. 

 

En outre, la Grande-Bretagne, l'Allemagne, la Belgique, et l'Espagne devraient rejoindre la France d'un point de vue militaire, pour l'aider à transporter troupes et matériels vers Bangui. Cette information relance le débat d'une armée européenne. A l'heure actuelle, l'Union européenne n'a ni armée, ni budget militaire. Il existe cependant un mécanisme de financement des opérations militaires appelé Athéna, qui peut financer des opérations militaires, à l'unanimité des membres évidemment.

 

Selon certaines sources, l'opération pourrait coûter 150 millions d'euros selon certaines sources. 



Jean-Baptiste Le Roux
Jean-Baptiste Le Roux est journaliste. Il travaille également pour Radio Notre Dame, en charge du... En savoir plus sur cet auteur


Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Le JDE promeut la liberté d'expression, dans le respect des personnes et des opinions. La rédaction du JDE se réserve le droit de supprimer, sans préavis, tout commentaire à caractère insultant, diffamatoire, péremptoire, ou commercial.

France | International | Entreprises | Management | Lifestyle | Blogs de la rédaction | Divers | Native Advertising | Juris | Art & Marché | Billets d'humeur | Industrie immobilière



Les entretiens du JDE

​Droite-gauche : la fin d’une époque ?

Laurence Gilardo, déléguée syndicale SNTA/FO du groupe Casino : « les salariés comme les syndicats du groupe Casino doivent resserrer les rangs »

« Dans les échanges économiques entre les entreprises, la professionnalisation et l’éthique sont indissociables de la fonction achat », Bruno Crescent, ancien directeur des achats d’EDF

Pierre Bergounioux : « Les gouvernements, de droite comme de gauche, ont accompli le tour de force, depuis un demi-siècle, de ne rien changer à l’ordre des choses »

Marc Lazar : « La peuplecratie, c’est l’idée que la souveraineté du peuple est sans limites ».

Guillemette Devernois : « Maladies rares : Il faut s’emparer des avancées de la recherche scientifique »

« Appel à la guérilla mondiale »

Nicolas Pham, cofondateur de Beaubleu : « la Maison aux aiguilles rondes »









Rss
Twitter
Facebook