Journal de l'économie

Envoyer à un ami
Version imprimable

L'Insee prévoit une contraction de l'économie moins forte que le gouvernement





Le 3 Décembre 2020, par la rédaction

L'Insee a fait le point sur la croissance d'une année particulièrement difficile à suivre, entre confinement, déconfinement et autres mesures de restriction. Sur l'ensemble de 2020, la contraction de l'économie devrait bel et bien être significative, mais pas autant que ce que craignait le gouvernement.


-9% en 2020

Pas de surprise : la contraction de l'économie en 2020 sera très importante. Selon l'Insee, elle s'établira à -9%, soit deux points de mieux que la prévision du gouvernement qui planchait sur une hypothèse à -11%. L'institut des statistiques relève que son estimation est semblable à celle établie au début du mois de juillet. « Entre-temps néanmoins, la chronique mensuelle a été plus heurtée que ce qui était escompté. D'un côté, le premier déconfinement a entraîné un rebond économique plus vigoureux qu'attendu. De l'autre et en sens inverse, la résurgence de l'épidémie grève l'activité économique au quatrième trimestre ».

Au second trimestre, le produit intérieur brut a plongé de 18,9% pour rebondir de 18,7% au troisième trimestre (un chiffre révisé à la hausse), après le déconfinement. Après ce spectaculaire coup de barre, la croissance s'est rééquilibrée à 3,7% à l'automne. Et pour le quatrième trimestre, durant lequel le mois de novembre a été synonyme de reconfinement, le PIB devrait afficher une contraction de -8%, tout comme le mois de décembre où plusieurs secteurs d'activité vont rouvrir à partir du 15 : théâtres, cinémas, musées.

La consommation des ménages en berne

Pour le mois de novembre, la contraction s'affiche à -12% : un chiffre énorme bien sûr, mais bien moins qu'au mois d'avril où on avait atteint un plancher à -30%. De fait, le nouveau confinement a eu des conséquences moins pires que le premier, grâce à des mesures moins strictes (les écoles sont restées ouvertes). Toutefois, la consommation des ménages a de nouveau fortement reculé (-14%) par rapport à l'an dernier.

Quant à l'activité industrielle, elle a flanché de -8% le mois dernier. Fermeture des restaurants et des bars, de certaines activités de loisirs et des commerces non essentiels, limitation des transports, voilà ce qui impacte la consommation des ménages, explique l'Insee. Et ce, malgré le développement à marche forcée de la livraison à domicile et de la vente à distance.



Tags : croissance

Nouveau commentaire :
Twitter

Le JDE promeut la liberté d'expression, dans le respect des personnes et des opinions. La rédaction du JDE se réserve le droit de supprimer, sans préavis, tout commentaire à caractère insultant, diffamatoire, péremptoire, ou commercial.

France | International | Entreprises | Management | Lifestyle | Blogs de la rédaction | Divers | Native Advertising | Juris | Art & Marché | Prospective | Industrie immobilière | Intelligence et sécurité économique - "Les carnets de Vauban"



Les entretiens du JDE

Merci Donald !

Schoolab Entreprise à Mission ou comment concilier Business et enjeux sociétaux

Violence policière est fait divers

Marie Legrand, directrice générale d'Audio 2000 : "Audio 2000 s'est construit autour des valeurs de professionnalisme, d'innovation et d'accessibilité "

Le MoHo : un collectif pour changer le monde !

Couvre-feu : « leur » monde à l’envers

L’intégration des étrangers de France : du mythe à la réalité.

La fin du franc CFA : un livre qui bouscule les idées reçues.













Rss
Twitter
Facebook