Journal de l'économie

Envoyer à un ami
Version imprimable

L'Italie dans la ligne de mire des agences de notation





Le 28 Octobre 2018, par La rédaction

L'Italie est loin d'être sortie de l'ornière dans lequel le budget 2019 du nouveau gouvernement populiste l'a plongée. Après Moody's et Bruxelles, c'est au tour de Standard & Poor's de faire preuve de son pessimisme.


Ce vendredi, l'agence de notation Standard & Poor's a abaissé la perspective de la note de la dette de l'Italie : elle passe de stable à négative. En revanche, la note globale du pays ne change pas : elle demeure à BBB/A-2. Ce faisant, S&P ne va pas aussi loin que Moody's, qui le 19 octobre baissait la note de la dette italienne : désormais fixée à Baa3, elle est à un seul cran au-dessus de la catégorie spéculative… La Commission européenne a par ailleurs rejeté le budget 2019 cette semaine, une première.

Le budget concocté par les populistes du Mouvement 5 Étoiles et de la Ligue d'extrême-droite pousse le déficit du pays à 2,4% du PIB alors que le précédent gouvernement s'était engagé sur 0,8%. Le pays va devoir emprunter pour financer une politique anti-austérité, alors que la dette italienne atteint 131% de son produit intérieur brut ; c'est plus du double des recommandations européennes (60%). Standard & Poor's s'inquiète de la politique économique et budgétaire du gouvernement qui « pèse sur les perspectives de croissance du pays ».

Cette perspective négative est le reflet du risque que fait peser le gouvernement italien sur l'économie du pays : emprunter davantage « exacerbe la faiblesse de la position budgétaire italienne », explique l'agence, et cela « étouffe [aussi] la reprise naissante du secteur privé ». Le gouvernement italien a jusqu'au 13 novembre pour présenter à Bruxelles un budget révisé.



Tags : Italie

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Le JDE promeut la liberté d'expression, dans le respect des personnes et des opinions. La rédaction du JDE se réserve le droit de supprimer, sans préavis, tout commentaire à caractère insultant, diffamatoire, péremptoire, ou commercial.

France | International | Entreprises | Management | Lifestyle | Blogs de la rédaction | Divers | Native Advertising | Juris | Art & Marché | Billets d'humeur | Industrie immobilière



Les entretiens du JDE

​Droite-gauche : la fin d’une époque ?

Laurence Gilardo, déléguée syndicale SNTA/FO du groupe Casino : « les salariés comme les syndicats du groupe Casino doivent resserrer les rangs »

« Dans les échanges économiques entre les entreprises, la professionnalisation et l’éthique sont indissociables de la fonction achat », Bruno Crescent, ancien directeur des achats d’EDF

Pierre Bergounioux : « Les gouvernements, de droite comme de gauche, ont accompli le tour de force, depuis un demi-siècle, de ne rien changer à l’ordre des choses »

Marc Lazar : « La peuplecratie, c’est l’idée que la souveraineté du peuple est sans limites ».

Guillemette Devernois : « Maladies rares : Il faut s’emparer des avancées de la recherche scientifique »

« Appel à la guérilla mondiale »

Nicolas Pham, cofondateur de Beaubleu : « la Maison aux aiguilles rondes »










Rss
Twitter
Facebook