Journal de l'économie

Envoyer à un ami
Version imprimable

L’agriculture entre dans l’ère de l’innovation





Le 13 Mai 2019, par Agrizone

L’agriculture s’inscrit aussi dans la révolution technologique et numérique de ces dernières années. Elles ont vu l’émergence de nombreux matériels innovants qui pourrait aider les agriculteurs à maintenir de bons rendements en limitant les intrants (engrais et produits phytosanitaires) et en garantissant une gestion plus économe, résiliente et écologique.


L’innovation dans le milieu agricole se réalise dans un cadre global et la révolution du numérique pourrait être qualifiée de troisième « révolution verte ». L’outil fondamental nouvellement mis à disposition des agriculteurs est la connectivité, elle permet l’application combinée de nombreuses autres technologies qui elles aussi ont rapidement gagné en efficacité. On illustre cette connectivité par la mise en commun des capteurs et des actionneurs, des bases de données et de la robotique. Il faut aussi prendre en compte l’utilisation de services spécialisés sur internet, tant pour la prévision météorologique, pour la fourniture de matériel neuf ou de rechange.

L’intégration de tous les outils dans un système unique sur le modèle de l’internet des objets promet d’importants gains de temps et de productivité. Une mise en place de ces systèmes est critique pour une meilleure gestion des cultures, par exemple les maladies seront repérées plus rapidement et le traitement plus localisé, de même pour l’élevage. Pourtant le milieu agricole européen est plutôt résistant à l’essai des nouvelles technologies encore peu testées, seulement moins de 24% des agriculteurs en Europe utilisent ces nouveaux systèmes. Cela est dû à un une difficulté à investir et à l’attente d’un produit plus mature et moins onéreux.

La mutation vers une agriculture de haute technologie est pourtant nécessaire. Tout d’abord elle permettra un gain de productivité dans un monde où les surfaces agraires diminuent et où la population croît. Ensuite, l’application des produits phytosanitaires et des engrais sera infiniment plus précise et réactive évitant de fait une trop grande pollution pour les sols et les eaux. Ce dernier point est particulièrement critique quand la population, souvent urbaine, réagit fortement à toute évocation des « pesticides ».

Le monde agricole accorde surtout une grande importance à la résilience de son système de production. L’agriculture est un milieu qui possède de fortes contraintes extérieures inévitables (météorologie, maladies, etc.), les nouvelles technologies doivent permettre une meilleure gestion de ces risques. Tout en gardant à l’esprit que ces outils sont faillibles et ne doivent pas impacter de manière fondamentale la production en cas de panne. Jusqu’à ce que leur fiabilité soit suffisante, ils resteront des aides à la décision ou à l’action et non des outils principaux.

La révolution numérique est aussi pour le monde agricole le moyen d’une plus grande communication avec le reste de la population. Avec moins de 3 % de la population active et 80 % de Français vivant en ville, le métier d’agriculteur et ce qu’il implique, est de moins en moins compris. Renouer ce lien de confiance entre les producteurs et les consommateurs et une nécessité alors que les Français sont de plus en plus attentifs à la nourriture qu’ils consomment.

Cette révolution c’est aussi le fait d’un plus grand lien entre les agriculteurs eux-mêmes et les filières qui sont rattachées à cette industrie. Internet est le lieu de l’échange d’information, de conseils et d’expériences. Auparavant dépendant de sources locales pour l’achat de machines agricoles ou de pièces de rechange il était difficile de comparer les prix avec plusieurs distributeurs. Aujourd’hui des sites comme Agrizone offrent une gamme complète de pièces de tracteur Renault  à des prix compétitifs. Un service qui annonce un gain de temps important a des femmes et des hommes qui en manquent toujours.
 
Article proposé par Agrizone



Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Le JDE promeut la liberté d'expression, dans le respect des personnes et des opinions. La rédaction du JDE se réserve le droit de supprimer, sans préavis, tout commentaire à caractère insultant, diffamatoire, péremptoire, ou commercial.

France | International | Entreprises | Management | Lifestyle | Blogs de la rédaction | Divers | Native Advertising | Juris | Art & Marché | Billets d'humeur | Industrie immobilière



Les entretiens du JDE

Frederic Buisson, délégué syndical Groupe adjoint CFE – CGC du groupe Casino : "Casino conserve un temps d’avance par rapport à la concurrence"

François Bertauld, PDG de Médiane Système : "Aujourd’hui les entreprises de services du numérique sont devenues un soutien essentiel à l’innovation industrielle."

Justine Huiwen ZHANG : "Mieux comprendre la Chine"

Bernard Attali : "Un vent de violence"

Guerre économique : « c’est un leadership mondial qui se joue »

​Droite-gauche : la fin d’une époque ?

Laurence Gilardo, déléguée syndicale SNTA/FO du groupe Casino : « les salariés comme les syndicats du groupe Casino doivent resserrer les rangs »

« Dans les échanges économiques entre les entreprises, la professionnalisation et l’éthique sont indissociables de la fonction achat », Bruno Crescent, ancien directeur des achats d’EDF










Rss
Twitter
Facebook