Journal de l'économie

Envoyer à un ami
Version imprimable

L’innovation numérique au service d’une expérience artistique : Van Gogh, La Nuit étoilée





Le 10 Juin 2019, par Christine de Langle

Paris, L’Atelier des Lumières, 22 février - 31 décembre 2019


© Culturespaces _ E. Spiller
© Culturespaces _ E. Spiller
Un patrimoine industriel valorisé 

Le lieu n’a pas été choisi par hasard. L’Atelier des Lumières, premier Centre d’art numérique à Paris, est installé dans une ancienne fonderie de fer du 19e siècle.
Loin d’être un simple support fonctionnel, cette architecture monumentale, avec sa structure métallique originelle, met ses volumes et son histoire industrielle au service de la nouvelle utilisation du lieu. Cheminée, tour de séchage, bassin ou réservoir d’eau, qui permettaient à l’origine de fabriquer de robustes pièces en fonte pour la marine de guerre et le chemin de fer, sont aménagés pour développer les interactions avec le public. De la révolution industrielle à la révolution numérique, une cohérence assumée.
 
Réinventer l’expérience artistique

Après Klimt, l’exposition inaugurale de 2018, voici Van Goh. Ici, aucune œuvre originale de l’artiste hollandais, mais une immersion totale dans sa peinture grâce à une technologie innovante, l’Art & Music Immersive Experience (AMIEX®). Un équipement multimédia de 140 vidéoprojecteurs qui coordonnent des milliers d’images de haute précision et une sonorisation spatialisée. Le tout projeté du sol au plafond dans un espace de 3 300 m2 sur 10 mètres de haut. Une nouvelle expérience artistique qui joue sur l’émotion que procure ce spectacle. Vous êtes dans l’atelier de Van Goh, au plus près de son pinceau. Les images agrandies jusqu’au moindre détail rendent visible l’écriture du peintre.  Épaisseur de la matière, violence des couleurs, vous avez l’impression de le voir peindre et de vous immerger dans la force de ses œuvres.
 
Une immersion en trois temps

L’exposition comporte trois immersions sonores et visuelles : un programme long, Van Gogh, la nuit étoilée, voyage intense dans la peinture et la richesse chromatique de l’artiste, chaos, poésie, ombre, lumière, tout le monde tourmenté et captivant de l’artiste.
Un programme court, Japon rêvé, images du monde flottant, rappelle dans sa poésie, l’influence du Japon sur l’œuvre du peintre. Un moment d’une grande puissance poétique. Enfin, une création originale, Verse, conçue pour être « un voyage stellaire hypnotique et métaphysique » nous projette au cœur de l’univers par des images spectaculaires du cosmos. Après le très proche, le très lointain !
 
Un nouveau public

À partir d’une autre manière d’appréhender l’art grâce aux nouvelles technologies, le pari de l’Atelier des Lumières est d’attirer un nouveau public éloigné des musées traditionnels. Pour autant, l’œuvre originale conservée au musée n’est pas oubliée : 50 œuvres phares de Van Gogh sont représentées dans leur intégralité au sein de la citerne, avec un dispositif pédagogique complémentaire qui rappelle le lieu de conservation de chaque œuvre. Des commentaires téléchargeables gratuitement sont disponibles. On peut ainsi passer de l’expérience immersive numérique à l’expérience physique d’un face à face avec l’œuvre originale.

Pari réussi pour ce nouveau lieu culturel. Il est impératif de réserver.




France | International | Entreprises | Management | Lifestyle | Blogs de la rédaction | Divers | Native Advertising | Juris | Art & Marché | Billets d'humeur | Industrie immobilière



Les entretiens du JDE

​Droite-gauche : la fin d’une époque ?

Laurence Gilardo, déléguée syndicale SNTA/FO du groupe Casino : « les salariés comme les syndicats du groupe Casino doivent resserrer les rangs »

« Dans les échanges économiques entre les entreprises, la professionnalisation et l’éthique sont indissociables de la fonction achat », Bruno Crescent, ancien directeur des achats d’EDF

Pierre Bergounioux : « Les gouvernements, de droite comme de gauche, ont accompli le tour de force, depuis un demi-siècle, de ne rien changer à l’ordre des choses »

Marc Lazar : « La peuplecratie, c’est l’idée que la souveraineté du peuple est sans limites ».

Guillemette Devernois : « Maladies rares : Il faut s’emparer des avancées de la recherche scientifique »

« Appel à la guérilla mondiale »

Nicolas Pham, cofondateur de Beaubleu : « la Maison aux aiguilles rondes »










Rss
Twitter
Facebook