Journal de l'économie

Envoyer à un ami
Version imprimable

L’usine de Ford à Blanquefort va fermer





Le 14 Décembre 2018, par François Lapierre

Ford a finalement décidé de fermer son usine de Blanquefort, en Gironde, malgré l’offre de reprise du groupe belge Punch soutenue par l’État et les collectivités locales.


En août 2019, c’en sera terminé de la production de boîtes de vitesse Ford à Blanquefort. Ainsi en a décidé le constructeur automobile américain, qui a donc recalé la proposition de Punch. Cette offre visait à reprendre 400 des 850 salariés sur place, mais malgré le soutien des autorités et l’argent public que l’État et les collectivités locales étaient prêts à mètre sur la table (15 millions d’euros), rien n’y a fait et Ford tire donc le rideau sur cette ligne de production.

Cette décision a provoqué l’incompréhension et la colère des salariés bien sûr, mais aussi la consternation dans le monde politique. Alain Juppé, le maire de Bordeaux, a ainsi demandé « instamment » à l’entreprise de reconsidérer sa position. Mais la réaction la plus forte est venue de Bruno Le Maire. Le ministre de l’Économie a laissé éclater sa colère durant la séance des questions au Sénat : « Je suis révolté, je suis écoeuré par cette décision qui ne se justifie que par la décision de Ford de faire monter son cours de Bourse ». Le locataire de Bercy entend aussi « dénoncer la lâcheté de Ford » qui n’a pas eu le « courage de prendre le ministre de l'Economie et des Finances au téléphone » ces trois derniers jours.

Au mois d’octobre, Ford avait décliné une première fois l’offre de reprise de Punch, en indiquant que son plan social demeurait plus intéressant. Depuis, les discussions allaient bon train, le constructeur automobile ayant même demandé et obtenu de la majorité des syndicats une baisse des conditions sociales. Mais dès le mois de février, la direction avait décidé de ne plus investir dans son usine de Blanquefort.



Tags : Ford

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Le JDE promeut la liberté d'expression, dans le respect des personnes et des opinions. La rédaction du JDE se réserve le droit de supprimer, sans préavis, tout commentaire à caractère insultant, diffamatoire, péremptoire, ou commercial.

France | International | Entreprises | Management | Lifestyle | Blogs de la rédaction | Divers | Native Advertising | Juris | Art & Marché | Billets d'humeur | Industrie immobilière



Les entretiens du JDE

Guerre économique : « c’est un leadership mondial qui se joue »

​Droite-gauche : la fin d’une époque ?

Laurence Gilardo, déléguée syndicale SNTA/FO du groupe Casino : « les salariés comme les syndicats du groupe Casino doivent resserrer les rangs »

« Dans les échanges économiques entre les entreprises, la professionnalisation et l’éthique sont indissociables de la fonction achat », Bruno Crescent, ancien directeur des achats d’EDF

Pierre Bergounioux : « Les gouvernements, de droite comme de gauche, ont accompli le tour de force, depuis un demi-siècle, de ne rien changer à l’ordre des choses »

Marc Lazar : « La peuplecratie, c’est l’idée que la souveraineté du peuple est sans limites ».

Guillemette Devernois : « Maladies rares : Il faut s’emparer des avancées de la recherche scientifique »

« Appel à la guérilla mondiale »










Rss
Twitter
Facebook