Journal de l'économie

Envoyer à un ami
Version imprimable

La France peut récupérer 651 millions d’euros de l’amende infligée à Google





Le 22 Juillet 2018, par

Cette semaine, la Commission européenne a infligé une amende record de 4,3 milliards d’euros envers Google suite à un abus de position dominante dans le secteur de la téléphonie, avec Android.


Une somme particulièrement importante, la plus forte en fait jamais infligée par Bruxelles envers une entreprise. Ce montant fait d’ailleurs suite à une précédente amende d’un montant de 2,4 milliards que la Commission européenne réclame du moteur de recherche depuis l’an dernier — cette fois, l’entreprise avait été convaincue d’abus de position dominante dans le domaine des comparateurs de prix. Mais dans quelles poches cet argent va-t-il, une fois que les entreprises ont réglé leurs amendes ? Le Parisien a obtenu la réponse du porte-parole de la représentation européenne à Paris, Guillaume Roty.

« Les amendes de concurrence sont reversées aux Etats membres, au prorata de leur contribution au budget européen », explique-t-il. En clair, la France va récupérer une somme rondelette : le pays contribuant à hauteur de 15% au budget européen, il peut donc s’attendre à un versement de 651 millions d’euros. Chaque pays est ensuite libre de disposer de la somme comme il l’entend. Guillaume Roty donne une piste : « il peut, par exemple, décider d’investir cette somme pour soutenir le développement des entreprises du secteur numérique ».

Pas question cependant de dédommager les victimes (en France, le moteur de recherche Qwant, a subi très directement l’abus de position dominante de Google). Mais elles peuvent ensuite se tourner contre l’entreprise américaine avec en poche un solide atout : l’infraction a été caractérisée par la Commission européenne. Reste maintenant à recueillir les amendes : Google a fait appel de la décision du régulateur européen et la procédure demande au moins deux années.


Journaliste spécialisé dans les nouvelles technologies, Olivier Sancerre est aussi versé dans... En savoir plus sur cet auteur

Tags : google

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Le JDE promeut la liberté d'expression, dans le respect des personnes et des opinions. La rédaction du JDE se réserve le droit de supprimer, sans préavis, tout commentaire à caractère insultant, diffamatoire, péremptoire, ou commercial.

France | International | Entreprises | Management | Lifestyle | Blogs de la rédaction | Divers | Native Advertising | Juris | Art & Marché | Billets d'humeur | Industrie immobilière



Les entretiens du JDE

Frederic Buisson, délégué syndical Groupe adjoint CFE – CGC du groupe Casino : "Casino conserve un temps d’avance par rapport à la concurrence"

François Bertauld, PDG de Médiane Système : "Aujourd’hui les entreprises de services du numérique sont devenues un soutien essentiel à l’innovation industrielle."

Justine Huiwen ZHANG : "Mieux comprendre la Chine"

Bernard Attali : "Un vent de violence"

Guerre économique : « c’est un leadership mondial qui se joue »

​Droite-gauche : la fin d’une époque ?

Laurence Gilardo, déléguée syndicale SNTA/FO du groupe Casino : « les salariés comme les syndicats du groupe Casino doivent resserrer les rangs »

« Dans les échanges économiques entre les entreprises, la professionnalisation et l’éthique sont indissociables de la fonction achat », Bruno Crescent, ancien directeur des achats d’EDF










Rss
Twitter
Facebook