Journal de l'économie

Envoyer à un ami
Version imprimable

La France prend provisoirement les rênes des chantiers STX





Le 1 Juillet 2018, par

Les chantiers de Saint-Nazaire, véritable fleuron de l’industrie navale hexagonale, sont désormais sous pavillon français. En attendant de passer entre les mains de son nouveau propriétaire italien.


Le groupe sud-coréen STX Offshore & Shipbuilding a dû vendre STX France en 2016. Si les chantiers français étaient en pleine forme (c’est toujours le cas aujourd’hui), l’entreprise propriétaire était alors très endettée et n’a pas conserver la filiale française dans son giron. L’État français, le second plus important actionnaire des chantiers, est alors parti en quête d’un repreneur : cela a été le groupe Fincantieri. Mais l’arrivée à l’Élysée d’Emmanuel Macron a rebattu les cartes : le nouveau président de la République a voulu renégocier les termes du contrat avec l’industriel italien.

Après plusieurs semaines de négociations difficiles entre Paris et Rome, une solution a été trouvée. Fincantieri acquiert 50% du capital de STX France, plus 1% « prêté » par l’État français, sous conditions. Cela permet au groupe d’avoir la main sur la barre des chantiers, tout en restant sous surveillance des pouvoirs publics, l’État pouvant reprendre son pourcent stratégique : si la France reprend cette petite bille, Fincantieri n’a plus la majorité du capital de STX France.

Ce mécanisme capitalistique étant en place, il faut maintenant attendre le feu vert des autorités européennes, ce qui devrait être fait au début de l’année prochaine. C’est donc la France qui reprend les rênes des chantiers de Saint-Nazaire, en attendant l’aval de l’Europe qui permettra à Fincantieri de prendre le contrôle. D’après Bruno Le Maire, les tensions récentes entre Paris et Rome sur les migrants ne remettront pas en cause l’accord sur STX France.


Journaliste spécialisé dans les nouvelles technologies, Olivier Sancerre est aussi versé dans... En savoir plus sur cet auteur

Tags : stx france

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Le JDE promeut la liberté d'expression, dans le respect des personnes et des opinions. La rédaction du JDE se réserve le droit de supprimer, sans préavis, tout commentaire à caractère insultant, diffamatoire, péremptoire, ou commercial.

France | International | Entreprises | Management | Lifestyle | Blogs de la rédaction | Divers | Native Advertising









Les entretiens du JDE

Les entretiens du JDE

Guillaume Alvarez, vice-président senior de Steelcase : manager une entreprise mondialisée en France

Stéphane Roussel, COO de Vivendi et PDG de Gameloft : « Je me vois comme un dénicheur de talents »

La crise des gilets jaunes analysée par Eric Delbecque

Les gilets jaunes sont-ils populistes ? par Francois-Bernard Huyghe

Christian Aghroum : Gilets jaunes et mobilisation numérique

Philippe Schleiter: "faire réussir des choses extraordinaires par des gens ordinaires"

Gilles Imbert, groupe Interconstruction : « Les promoteurs indépendants sont obligés, plus que les autres, de tenir leurs engagements »

Loïk Le Floch-Prigent : « En finir avec le dérèglement industriel »









Rss
Twitter
Facebook