Journal de l'économie

Envoyer à un ami
Version imprimable

La Poste autorisée à augmenter ses prix





Le 25 Juillet 2014, par

La Poste pourra augmenter ses prix. L'Arcep, l'autorité de régulation du secteur postal, a ainsi autorisé l'entreprise publique à appliquer au prix de ses services une hausse de 3,5% sur la période 2015 et 2018, en plus de l'inflation.


(c) Shutterstock/EconomieMatin
(c) Shutterstock/EconomieMatin
Il s'agit ici d'un cadre global destiné à tous les tarifs de la Poste. De fait, la société pourra moduler le prix de certains produits à la hausse, comme pour les timbres J+1 (rouge) et J+2 (vert), qui seront vendus plus chers que d'autres services. La Poste obtient ici un encadrement tarifaire bien plus généreux que le précédent, où elle était limitée à une augmentation des prix de 1% en moyenne. L'Arcep autorise cette fois l'entreprise à hausser ses tarifs du niveau de l'inflation plus 3,5%.
 
Cette autorisation cadre avec les demandes de la Poste, qui voit ses activités traditionnelles de distribution du courrier fléchir. Les plis ont baissé de 4,3% en moyenne de 2008 à 2012, et l'an dernier cette baisse a été de 5,5%. Elle devrait plonger encore 6,3% en moyenne de 2015 à 2018. C'est pire encore pour le courrier prioritaire, dont le nombre a chuté de 24% entre 2012 et 2013; ces 600 millions de lettres en moins coûtent cher à l'entreprise qui n'a pas eu d'autre choix que de demander (et obtenir) l'autorisation d'augmenter substantiellement ses prix.
 
Car sans évolution des prix, la Poste devra faire face à une perte de 3 milliards d'euros, avait prévenu Philipps Wahl, le PDG de l'entreprise. Ça n'a d'ailleurs rien d'une surprise : dans tous les pays, le coût des timbres a fortement augmenté, tandis que le métier de facteur est de plus en plus revu pour apporter plus de services.


Journaliste spécialisé dans les nouvelles technologies, Olivier Sancerre est aussi versé dans... En savoir plus sur cet auteur


Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Le JDE promeut la liberté d'expression, dans le respect des personnes et des opinions. La rédaction du JDE se réserve le droit de supprimer, sans préavis, tout commentaire à caractère insultant, diffamatoire, péremptoire, ou commercial.

France | International | Entreprises | Management | Lifestyle | Blogs de la rédaction | Divers | Native Advertising | Juris | Art & Marché | Billets d'humeur | Industrie immobilière



Les entretiens du JDE

Guerre économique : « c’est un leadership mondial qui se joue »

​Droite-gauche : la fin d’une époque ?

Laurence Gilardo, déléguée syndicale SNTA/FO du groupe Casino : « les salariés comme les syndicats du groupe Casino doivent resserrer les rangs »

« Dans les échanges économiques entre les entreprises, la professionnalisation et l’éthique sont indissociables de la fonction achat », Bruno Crescent, ancien directeur des achats d’EDF

Pierre Bergounioux : « Les gouvernements, de droite comme de gauche, ont accompli le tour de force, depuis un demi-siècle, de ne rien changer à l’ordre des choses »

Marc Lazar : « La peuplecratie, c’est l’idée que la souveraineté du peuple est sans limites ».

Guillemette Devernois : « Maladies rares : Il faut s’emparer des avancées de la recherche scientifique »

« Appel à la guérilla mondiale »










Rss
Twitter
Facebook