Journal de l'économie

Envoyer à un ami
Version imprimable

La Poste envisage une nouvelle hausse du prix du timbre





Le 25 Juin 2014, par

Le courrier, ça ne paie plus. La Poste fait face à une chute dramatique de l'envoi de lettres en France. Le service postal a accusé une baisse de 24% entre 2012 et 2013, alors que la Poste avait anticipé une baisse de 6%.


(c) Shutterstock/EconomieMatin
(c) Shutterstock/EconomieMatin
Désormais, les services postaux acheminent moins de deux milliards de lettres prioritaires à l'année. On comprend mieux à la lumière de ces chiffres que la Poste souhaite faire des économies, tout particulièrement sur l'allègement des tournées des facteurs. Un mouvement de fond : entre 2009 et 2011, ce sont 5 000 boîtes aux lettres qui ont été supprimées (sur 145 000). Les levées à 16h ont désormais lieu directement au bureau de Poste. Ces derniers laissent d'ailleurs la place à des relais Poste dans les commerces des petits villages.
 
Le courriel électronique et les télétransmissions supplantent de plus en plus le bon vieux courrier traditionnel. La Poste, qui exploitait cinq TGV pour acheminer ses lettres de Paris vers le sud de la France, les a remisé dans leurs garages : pas assez de volume.
 
Cette chute du courrier va accompagner une hausse du prix du timbre. Déjà augmenté de 3 centimes en début d'année (soit 0,66 centimes le timbre d'acheminement prioritaire), ce tarif pourrait passer à 0,69 euro, et même 0,70 euro. Cette hausse, plus importante que l'inflation, permettra de compenser en partie la perte de revenus de la Poste.
 
Le métier de facteur évolue lui aussi. À titre expérimental, dans le Jura, les facteurs livrent aussi les courses à domicile en partenariat avec Intermarché (contre 10 euros la livraison). Heureusement pour la Poste, l'activité bancaire permet de gagner un peu d'argent : le chiffre d'affaires du groupe s'est monté à 22 milliards d'euros l'an dernier.


Journaliste spécialisé dans les nouvelles technologies, Olivier Sancerre est aussi versé dans... En savoir plus sur cet auteur


Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Le JDE promeut la liberté d'expression, dans le respect des personnes et des opinions. La rédaction du JDE se réserve le droit de supprimer, sans préavis, tout commentaire à caractère insultant, diffamatoire, péremptoire, ou commercial.

France | International | Entreprises | Management | Lifestyle | Blogs de la rédaction | Divers | Native Advertising | Juris | Art & Marché | Billets d'humeur | Industrie immobilière



Les entretiens du JDE

​Droite-gauche : la fin d’une époque ?

Laurence Gilardo, déléguée syndicale SNTA/FO du groupe Casino : « les salariés comme les syndicats du groupe Casino doivent resserrer les rangs »

« Dans les échanges économiques entre les entreprises, la professionnalisation et l’éthique sont indissociables de la fonction achat », Bruno Crescent, ancien directeur des achats d’EDF

Pierre Bergounioux : « Les gouvernements, de droite comme de gauche, ont accompli le tour de force, depuis un demi-siècle, de ne rien changer à l’ordre des choses »

Marc Lazar : « La peuplecratie, c’est l’idée que la souveraineté du peuple est sans limites ».

Guillemette Devernois : « Maladies rares : Il faut s’emparer des avancées de la recherche scientifique »

« Appel à la guérilla mondiale »

Nicolas Pham, cofondateur de Beaubleu : « la Maison aux aiguilles rondes »









Rss
Twitter
Facebook