Journal de l'économie

Envoyer à un ami
Version imprimable

La SNCF plus souple sur les indemnisations en cas de retard des TGV





Le 29 Novembre 2016, par

Il va être beaucoup plus simple de se faire indemniser en cas de retard du TGV. La SNCF va en effet mettre en place une indemnisation des voyageurs pour tout retard supérieur à 30 minutes, et ce quelle qu’en soit la raison.


Actuellement, la SNCF ne dédommage les voyageurs que si le retard lui est directement imputable. Les cas liés à la météo ou les actes de malveillance n’ouvraient droit à aucune indemnisation. Ils représentent pourtant un tiers des retards, explique à l’AFP Rachel Picard, directrice de Voyages SNCF, qui précise que l’entreprise a voulu faire de cette garantie la meilleure en Europe.

Cette règle a au moins le mérite de la simplicité. Elle va aussi plus loin que la réglementation européenne, qui exige une indemnisation au delà d’une heure : la SNCF réduit ce délai à 30 minutes. C’est « une avancée sensible pour les voyageurs » qui va pouvoir être utilisée par 50% de clients en plus, souligne encore l’entreprise.

La SNCF proposera une indemnisation équivalent à 25% du prix du billet en cas de retard de 30 mn à 2 heures, de 50% entre 2 et 3 heures, et 75% au delà. Dans la pratique, le client devra demander le dédommagement en ligne dès l’arrivée du train. Il obtiendra un bon d’achat dans les 48 heures à consommer en plusieurs fois au besoin. 


Journaliste spécialisé dans les nouvelles technologies, Olivier Sancerre est aussi versé dans... En savoir plus sur cet auteur

Tags : sncf

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Le JDE promeut la liberté d'expression, dans le respect des personnes et des opinions. La rédaction du JDE se réserve le droit de supprimer, sans préavis, tout commentaire à caractère insultant, diffamatoire, péremptoire, ou commercial.

France | International | Entreprises | Management | Lifestyle | Blogs de la rédaction | Divers | Native Advertising | Juris | Art & Marché | Billets d'humeur



Les entretiens du JDE

« Dans les échanges économiques entre les entreprises, la professionnalisation et l’éthique sont indissociables de la fonction achat », Bruno Crescent, ancien directeur des achats d’EDF

Pierre Bergounioux : « Les gouvernements, de droite comme de gauche, ont accompli le tour de force, depuis un demi-siècle, de ne rien changer à l’ordre des choses »

Marc Lazar : « La peuplecratie, c’est l’idée que la souveraineté du peuple est sans limites ».

Guillemette Devernois : « Maladies rares : Il faut s’emparer des avancées de la recherche scientifique »

« Appel à la guérilla mondiale »

Nicolas Pham, cofondateur de Beaubleu : « la Maison aux aiguilles rondes »

« Accueillir c’est protéger ! » par Frédéric Giqueaux

Karine Schrenzel, PDG des 3 Suisses : « L’envie d’entreprendre est un sentiment que j’ai toujours porté en moi »










Rss
Twitter
Facebook