Journal de l'économie

Envoyer à un ami
Version imprimable

La dette publique de la France proche des 3.000 milliards d'euros





Le 19 Décembre 2022, par Aurélien Delacroix

La dette publique de la France s'est encore alourdie au troisième trimestre. En cause : les dépenses de l'État, dont la contribution à la dette ne cesse d'augmenter.


Les dépenses de l'État creusent la dette publique

Les chiffres de l'Insee concernant la dette publique ne sont guère encourageants. À la fin du troisième trimestre, elle s'établissait en effet à 2.956,8 milliards d'euros, soit 0,4 point de plus qu'au second trimestre. Rapporté au PIB, la dette publique a atteint 113,7% de l'ensemble de la richesse annuelle produite par la France. La France est loin, très loin des objectifs européens qui fixent le ratio de la dette publique à 60% du PIB !

Entre les mois de juin et fin septembre, la dette publique a augmenté de 40 milliards d'euros, contre 6,2 milliards au second trimestre (elle pesait alors 113,3% du PIB). Ce sont les dépenses de l'État qui ont majoritairement contribué à ce gonflement de la dette : elles ont en effet augmenté de 36,4 milliards d'euros sur les trois mois, plus du double du deuxième trimestre (+16,3 milliards). La seule dette de l'État atteint 2.345 milliards d'euros.

La charge de la dette de plus en plus préoccupante

L'Insee relève que les administrations de sécurité sociale ont accru leur dette de 6,2 milliards (environ 300 milliards d'euros en tout). Les collectivités locales ont de leur côté réduit leur endettement à 241,7 milliards, soit 6,2 milliards de moins sur le trimestre. Les mesures de soutien durant la crise sanitaire (le fameux « quoi qu'il en coûte »), puis les aides au pouvoir d'achat à cause de l'inflation continuent de peser très lourd.

Pierre Moscovici, le président de la Cour des comptes, a d'ailleurs rappelé l'été dernier que le pays ne pouvait pas vivre « dans l'illusion d'une dette gratuite ». La charge de la dette, c'est-à-dire les intérêts que l'État doit verser pour financer la dette, est le principal point de préoccupation de l'institution. Est-elle aussi celle du gouvernement ?




Nouveau commentaire :
Twitter

Le JDE promeut la liberté d'expression, dans le respect des personnes et des opinions. La rédaction du JDE se réserve le droit de supprimer, sans préavis, tout commentaire à caractère insultant, diffamatoire, péremptoire, ou commercial.

France | International | Mémoire des familles, généalogie, héraldique | Entreprises | Management | Lifestyle | Blogs de la rédaction | Divers | Native Advertising | Juris | Art & Culture | Prospective | Immobilier, Achats et Ethique des affaires | Intelligence et sécurité économique - "Les carnets de Vauban"



Les entretiens du JDE

Les Arpents du Soleil: un vignoble normand dans la cour des grands

Tarek El Kahodi, président de l'ONG LIFE : "Il faut savoir prendre de la hauteur pour être réellement efficace dans des situations d’urgence"

Jean-Marie Baron : "Le fils du Gouverneur"

Les irrégularisables

Les régularisables

Aude de Kerros : "L'Art caché enfin dévoilé"

Robert Salmon : « Voyages insolites en contrées spirituelles »

Antoine Arjakovsky : "Pour sortir de la guerre"











Rss
Twitter
Facebook