Journal de l'économie

Envoyer à un ami
Version imprimable

La filière automobile veut 17 milliards pour réussir la transition vers l'électrique





Le 12 Juillet 2021, par Olivier Sancerre

Branle-bas de combat dans la filière automobile française, qui voit arriver les nouvelles réglementations européennes sur la réduction des émissions de CO2. Le secteur demande une aide de 17 milliards d'euros pour réussir la transition vers le tout électrique.


Réunion à l'Élysée

Ce lundi 12 juillet, l'ensemble de la filière automobile française a rendez-vous à l'Élysée. Emmanuel Macron promet aux constructeurs, aux équipementiers, aux partenaires sociaux et aux représentants un « accompagnement renforcé » pour accélérer la transition écologique et « construire, au niveau national et européen, une vision stratégique commune à l’horizon 2030 », selon le communiqué présidentiel. Une transformation « nécessaire » et que le chef de l'État est « prêt à soutenir ».

L'ensemble des professionnels devront discuter d'un plan détaillé de transition, en insistant sur les activités d'avenir comme les batteries et les bornes de recharge, l'hydrogène, l'électronique de puissance, les logiciels embarqués. L'Élysée a l'intention d'accompagner l'ensemble de l'industrie dans cette transition vers les moteurs électriques, la seule motorisation qui sont les seuls à satisfaire les exigences d'élimination complète des émissions de CO2 dans l'automobile.

Réussir la transition

Ce plan de transition devrait s'accompagner de sommes sonnantes et trébuchantes. La filière a déjà obtenu un sacré coup de pouce en mai 2020, à savoir un plan de 8 milliards d'euros pour préparer la sortie de la crise sanitaire. Mais elle estime que la bascule vers le tout électrique nécessitera 17 milliards d'euros d'aides publiques sur les cinq prochaines années, « et à 30% le niveau de soutien public nécessaire ».

Si le gouvernement se dit prêt à soutenir la filière, ce sera avec l'aide de l'Union européenne qui proposera, le 14 juillet, de nouvelles réglementations pour réduire à néant les émissions de CO2 des véhicules neufs. La France devrait s'aligner avec Bruxelles sur une fin des moteurs à essence dès 2035. À partir de cette date, les constructeurs ne pourront vendre que des véhicules électriques.



Tags : automobile

Nouveau commentaire :
Twitter

Le JDE promeut la liberté d'expression, dans le respect des personnes et des opinions. La rédaction du JDE se réserve le droit de supprimer, sans préavis, tout commentaire à caractère insultant, diffamatoire, péremptoire, ou commercial.

France | International | Entreprises | Management | Lifestyle | Blogs de la rédaction | Divers | Native Advertising | Juris | Art & Culture | Prospective | Industrie immobilière | Intelligence et sécurité économique - "Les carnets de Vauban"













Rss
Twitter
Facebook