La guerre en Ukraine ajoute aux difficultés des constructeurs automobiles




Le 7 Mars 2022, par Olivier Sancerre

L'industrie automobile dans son ensemble est concernée de près par la guerre en Ukraine. Non seulement parce qu'elle est présente dans ces deux pays, mais aussi pour la chaîne d'approvisionnement.


Une crise après l'autre

La guerre en Ukraine ajoute aux difficultés des constructeurs automobiles
Les constructeurs automobiles et leurs sous-traitants ne cessent de vivre de crise en crise. Après la Covid-19 et les difficultés d'approvisionnement, voici venir la guerre en Ukraine qui provoque de fortes perturbations, voire des suspensions de l'activité dans les usines présentes dans les deux pays en guerre. C'est Renault qui est le plus exposé : le groupe entretient une forte activité en Russie, notamment au travers d'AvtoVAZ, qui produit des véhicules Lada. Renault en est l'actionnaire majoritaire, à 68%.

Le groupe Renault emploie 40.000 salariés en Russie, il exploite trois usines : une près de Moscou, et deux autres rattachées à AvtoVAZ. Il écoule un demi-million de véhicules chaque année sur le marché russe. Renault a arrêté la production de sa ligne moscovite, quant à AvtoVAZ, l'activité est suspendue quatre jours à cause de problèmes d'approvisionnement en semi-conducteurs. Officiellement, la guerre n'est donc pas la raison première…

Suspension de l'activité

Volkswagen, Mercedes et Toyota ont également annoncé l'interruption de leurs activités de production en Russie, tout comme Suzuki, Honda ou encore Mazda. Volkswagen, premier constructeur européen, a aussi cessé ses exportations vers la Russie. Nissan et Mitsubishi ont en revanche indiqué que leur activité se poursuivait mais les perturbations sont de plus en plus importantes dans la chaîne logistique.

L'agression russe en Ukraine a aussi un impact sur la chaîne d'approvisionnement globale : le palladium, produit principalement en Russie, va probablement subir une pénurie. Il s'agit d'un métal indispensable pour les pots catalytiques. C'est le cas aussi du gaz néon provenant d'Ukraine, un élément capital pour les semi-conducteurs.



Tags : automobile