Journal de l'économie

Envoyer à un ami
Version imprimable

La marque Monsanto va disparaitre





Le 5 Juin 2018, par

Maintenant que Bayer est parvenu à ses fins, c'est à dire à engloutir Monsanto, le groupe allemand devenu un véritable mastodonte de l'agrochimie a décidé de supprimer des tablettes la marque américaine.


Véritable repoussoir pour bon nombre d'associations écologistes et de défenseurs de l'environnement, mais aussi pour de nombreux gouvernements autour du monde, la marque Monsanto d'apprête donc à disparaître. Bayer, qui boucle sa transaction de 63 milliards de dollars pour acquérir Monsanto, a annoncé son intention d'en finir avec cette marque. Les produits développés par le groupe américain vont eux continuer à porter leurs noms, à l'instar du désherbant RoundUp par exemple. Ces produits continueront de prospérer au sein du catalogue de Bayer, a indiqué l'entreprise, qui ne lâche pas la proie pour l'ombre.

Depuis l'annonce de sa volonté d'acquérir le géant américain des OGM et des pesticides en mai 2016, Bayer fait l'objet d'attaques répétées de la part des défenseurs de l'environnement partout sur le globe. De nombreuses manifestations ont été organisées et des pressions ont été exercées sur les régulateurs en charge de valider cette acquisition de grande ampleur. Mais Bayer a fini par obtenir ce qu'il souhaitait, en particulier le feu vert capital des autorités américaines de la concurrence. Un sésame indispensable pour aller de l'avant et boucler cette transaction exceptionnelle.

Bayer assure qu'il continuera d'entendre les critiques et indique qu'il entend travailler avec les ONG, les associations et les autorités. Werner Baumann, le PDG du groupe, précise malgré tout que le progrès ne saurait être stoppé "en raison d'un renforcement des fronts idéologiques". Pour financer cet achat, Bayer a émis une augmentation de capital de 6 milliards de dollars, et l'entreprise va également lancer des emprunts obligataires qui pourront représenter jusqu'à 20 milliards d'euros.


Journaliste spécialisé dans les nouvelles technologies, Olivier Sancerre est aussi versé dans... En savoir plus sur cet auteur

Tags : bayer

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Le JDE promeut la liberté d'expression, dans le respect des personnes et des opinions. La rédaction du JDE se réserve le droit de supprimer, sans préavis, tout commentaire à caractère insultant, diffamatoire, péremptoire, ou commercial.

France | International | Entreprises | Management | Lifestyle | Blogs de la rédaction | Divers | Native Advertising | Juris | Art market



Les entretiens du JDE

Les gilets jaunes sont-ils populistes ? par Francois-Bernard Huyghe

L’avenir de l’Europe passe par la Culture

Frédéric Pierucci : « Il y a une opportunité stratégique de rachat à GE de la branche nucléaire d’Alstom »

Guillaume Alvarez, vice-président senior de Steelcase : manager une entreprise mondialisée en France

Stéphane Roussel, COO de Vivendi et PDG de Gameloft : « Je me vois comme un dénicheur de talents »

La crise des gilets jaunes analysée par Eric Delbecque

Christian Aghroum : Gilets jaunes et mobilisation numérique

Philippe Schleiter: "faire réussir des choses extraordinaires par des gens ordinaires"








Opinion

Transition énergétique : arrêtez d’emmerder les français !

Transition énergétique : arrêtez d’emmerder les français !
Depuis des années, nous entendons parler de la fin du monde. Les gaz à effet de serre produits par les pays industriels aboutiraient à terme à la disparition de la vie sur terre. Il faudrait donc changer de mode de vie pour sauver la planète. On nous le répète à longueur de journée. Entre vivre et conduire, on choisit vite.

Jacques Debonsens











Rss
Twitter
Facebook