Journal de l'économie

Envoyer à un ami
Version imprimable

La mauvaise année 2020 des constructeurs automobiles





Le 4 Janvier 2021, par Olivier Sancerre

L'année 2020 a été terrible pour l'industrie automobile. Entre les confinements, les fermetures d'usines, la paralysie de l'activité… Les immatriculations neuves ont plongé l'an dernier.


La crise sanitaire de tous les dangers

La crise sanitaire a particulièrement frappé les constructeurs automobiles et l'ensemble de la filière en 2020. Selon le bilan annuel du Comité des constructeurs français d'automobiles (CCFA), il s'est écoulé 1,65 millions d'immatriculations neuves pour les particuliers. Il faut remonter à 1975 (!) pour retrouver un tel niveau. Les ventes ont plongé de 25,5 % d'une année sur l'autre, alors que le nombre de véhicules neufs sur les routes avait été de 2,2 millions en 2019. C'est durant le premier confinement du printemps que la situation a été la plus difficile avec une chute brutale des immatriculations neuves de 72 % en mars et de 88,8 % au mois d'avril.

En revanche, la situation au mois de décembre incite à un optimisme prudent : ce sont en effet 186.000 voitures neuves qui ont été vendues, un volume certes en baisse de 11,8 % par rapport à il y a un an, mais décembre 2019 avait été un très bon cru. Faut-il y voir un signe positif pour la nouvelle année ? Selon l'agence Moody's, les immatriculations devraient grimper de 10,7 % en 2021, puis 10,5 % en 2022. Un rebond attendu de pied ferme par toute une filière…

Les véhicules hybrides et électriques en pleine forme

Dans le tableau sombre de 2020, les constructeurs français se maintiennent au plus près de la moyenne : -25,1 % pour le groupe PSA, -24,9 % pour Renault. Les entreprises françaises font un peu mieux que la concurrence étrangère, dont les immatriculations ont plongé de 26,1 % en moyenne. Volkswagen, premier importateur dans l'Hexagone, affiche une baisse plus importante encore qui s'élève à 28,4 %. La situation est difficile aussi pour Fiat Chrysler, en cours de fusion avec PSA : les livraisons ont trébuché de 41,5 %.

Dans ce contexte, une bonne nouvelle tout de même : les véhicules hybrides et électriques ont connu une excellente année. Ils ont en effet représenté le cinquième (21,5 %) des immatriculations neuves l'an dernier, dont 14,8 % pour les hybrides et 6,7 % pour les modèles tout électriques. Une montée en force qui devrait se poursuivre dans les années à venir.



Tags : automobile

Nouveau commentaire :
Twitter

Le JDE promeut la liberté d'expression, dans le respect des personnes et des opinions. La rédaction du JDE se réserve le droit de supprimer, sans préavis, tout commentaire à caractère insultant, diffamatoire, péremptoire, ou commercial.

France | International | Entreprises | Management | Lifestyle | Blogs de la rédaction | Divers | Native Advertising | Juris | Art & Marché | Prospective | Industrie immobilière | Intelligence et sécurité économique - "Les carnets de Vauban"



Les entretiens du JDE

Islamo…quelque chose…oui, mais quoi ?

In-house Shadow Cabinet : Un cabinet fantôme au sein des comités stratégiques

La Corporation des Incertitudes : La Génétique Managériale des Conquérants

Faut-il nationaliser Sanofi ?

Décryptage Stratégique de la Pensée Sun Tzu

Merci Donald !

Schoolab Entreprise à Mission ou comment concilier Business et enjeux sociétaux

Violence policière est fait divers













Rss
Twitter
Facebook