Journal de l'économie

Envoyer à un ami
Version imprimable

La rigueur en Arabie saoudite





Le 6 Septembre 2016, par

L'Arabie saoudite n'a plus les moyens de ses folles ambitions. Le pays, frappé de plein fouet par la baisse du prix du pétrole, doit réduire la voilure sous peine de creuser son déficit.


On a peine à le croire alors que le pays n'a habituellement pas ce genre de problème, mais la réalité est là : l'Arabie saoudite a gelé une vingtaine de milliards d'investissements pour des projets de construction et d'infrastructures. Voilà qui marque un coup d'arrêt dans le gigantisme des projets immobiliers du royaume.

Bloomberg rapporte également que Ryad cherche à réduire les budgets des ministères de 25%. Une telle coupe claire va aboutir à la fusion de plusieurs portefeuilles ; on parle même de suppression pour certains ministères. Le vice-prince héritier, Mohammed ben Salma, va mettre en place un programme de réformes volontaristes dans l'appareil de l'État, ainsi que des coupes dans les subventions et des hausses pour certaines taxes. 

Mais il a aussi l'ambition de réduire le poids de l'or noir dans l'économie saoudienne. La moindre baisse du pétrole a un impact direct sur les comptes du pays. En 2015, l'Arabie saoudite a affiché un déficit budgétaire de pratiquement 100 milliards de dollars, ce qui représente 16% du PIB du pays ! 


Journaliste spécialisé dans les nouvelles technologies, Olivier Sancerre est aussi versé dans... En savoir plus sur cet auteur

Tags : pétrole

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Le JDE promeut la liberté d'expression, dans le respect des personnes et des opinions. La rédaction du JDE se réserve le droit de supprimer, sans préavis, tout commentaire à caractère insultant, diffamatoire, péremptoire, ou commercial.

France | International | Entreprises | Management | Lifestyle | Blogs de la rédaction | Divers | Native Advertising | Juris | Art & Marché | Billets d'humeur



Les entretiens du JDE

« Dans les échanges économiques entre les entreprises, la professionnalisation et l’éthique sont indissociables de la fonction achat », Bruno Crescent, ancien directeur des achats d’EDF

Pierre Bergounioux : « Les gouvernements, de droite comme de gauche, ont accompli le tour de force, depuis un demi-siècle, de ne rien changer à l’ordre des choses »

Marc Lazar : « La peuplecratie, c’est l’idée que la souveraineté du peuple est sans limites ».

Guillemette Devernois : « Maladies rares : Il faut s’emparer des avancées de la recherche scientifique »

« Appel à la guérilla mondiale »

Nicolas Pham, cofondateur de Beaubleu : « la Maison aux aiguilles rondes »

« Accueillir c’est protéger ! » par Frédéric Giqueaux

Karine Schrenzel, PDG des 3 Suisses : « L’envie d’entreprendre est un sentiment que j’ai toujours porté en moi »










Rss
Twitter
Facebook