Journal de l'économie

Envoyer à un ami
Version imprimable

La taxe sur l’électricité pourrait frapper aussi le gaz et le carburant





Le 26 Juillet 2015, par

Parmi l’arsenal de taxes diverses et variées plus ou moins connues, on trouve une taxe sur l’électricité dont l’objet est le financement des subventions aux énergies renouvelables. La CSPE (contribution au service public de l’électricité) pourrait bien être réformée d’ici la rentrée.


© Shutterstock/EconomieMatin
© Shutterstock/EconomieMatin
D’après le JDD qui cite des sources du ministère de l’Écologie, la CSPE nouvelle version élargirait son assiette au gaz et à l’essence dont les prix devraient logiquement augmenter. En échange, la facture d’électricité pourrait elle baisser de 10%.

Cela procède d’une certaine logique : il s’agit de faire contribuer les énergies fossiles tout autant que l’électricité, la seule énergie taxée à l’heure actuelle. Une autre option est envisagée, celle de n’étaler la taxe qu’au seul gaz ; mais la baisse de facture d’électricité ne serait alors que de 4%.

Si la taxe touche aussi les carburants, alors la facture d’électricité baisserait franchement plus, de 10% donc, sans augmenter nécessairement celle du gaz. Ce serait surtout le prix du carburant qui augmenterait.

Actuellement, la CSPE pèse pour 15% du prix de l’électricité ; la taxe augmente de 2,5% tous les ans. Elle rapporte 6 milliards d’euros chaque année.


Journaliste spécialisé dans les nouvelles technologies, Olivier Sancerre est aussi versé dans... En savoir plus sur cet auteur


Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Le JDE promeut la liberté d'expression, dans le respect des personnes et des opinions. La rédaction du JDE se réserve le droit de supprimer, sans préavis, tout commentaire à caractère insultant, diffamatoire, péremptoire, ou commercial.

France | International | Entreprises | Management | Lifestyle | Blogs de la rédaction | Divers | Native Advertising







Les entretiens du JDE

Les entretiens du JDE

Entretien avec Ignacio de la Torre : "Nous vivons le début de la fin de « l’argent bon marché » !"

Fabrice Lépine, DG de Wonderbox : "Nos partenaires sont les premiers ambassadeurs de notre marque"

Vincent Stellian, président de Quietalis : « Nos clients et nos partenaires nous font confiance parce que nous sommes indépendants »

Citelum veut "prolonger la vie au-delà de la tombée de la nuit." Jean-Daniel Le Gall, directeur général adjoint.

Agriculture : le printemps européen du ministre Stéphane Travert

Olivier Maes, le monde comme territoire de marque.

Homelike Home, la Dream Team de la chasse immobilière en France

Mode : la vraie révolution digitale a juste démarré
















Rss
Twitter
Facebook