Journal de l'économie

Envoyer à un ami
Version imprimable

La vente de Conforama pourrait provoquer la suppression de milliers d’emplois





Le 27 Février 2019, par François Lapierre

Conforama va faire face à des turbulences dans les prochaines semaines. Steinhoff, le propriétaire de l’enseigne, veut se séparer du vendeur de meubles bien connu, mais en difficulté.


Le dossier s’annonce difficile, non seulement pour le gouvernement qui a déjà échoué à trouver un repreneur à l’usine Ford de Blanquefort, mais aussi pour les employés de Conforama. Selon BFM Business, le groupe sud-africain Steinhoff cherche à vendre l’enseigne de meubles et ce, depuis six mois désormais. Un plan social d’ampleur pourrait être mis en place en attendant de trouver un repreneur ; 2 000 emplois seraient concernés, sur un total de 14 000 salariés, dont 9 000 en France. Selon les syndicats, une vingtaine de magasins pourraient fermer ou être vendus. Conforama compte 337 magasins répartis entre l’Hexagone, l’Espagne et la Suisse.

La cession de Conforama pourrait intervenir d’ici l’été, avec à la clé de 600 à 700 millions d’euros pour Steinhoff. Mais le propriétaire de Conforama rencontrerait des difficultés pour vendre l’enseigne : ses performances ne sont guère encourageantes pour un éventuel repreneur. À la fin de l’année dernière, la marge s’avérait en effet nulle. Et l’activité française, la plus importante du groupe, a accusé une perte de 100 millions d’euros en 2018. Difficile dans ces conditions de demander une forte somme.

Steinhoff a pourtant besoin d’argent frais. Le groupe subit non seulement la pression de ses créanciers en raison d’une dette vertigineuse de 10 milliards d’euros aux mains de fonds spéculatifs. Par ailleurs, la comptabilité de ces dernières années montre des irrégularités à hauteur de plusieurs milliards d’euros. 



Tags : conforama

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Le JDE promeut la liberté d'expression, dans le respect des personnes et des opinions. La rédaction du JDE se réserve le droit de supprimer, sans préavis, tout commentaire à caractère insultant, diffamatoire, péremptoire, ou commercial.

France | International | Entreprises | Management | Lifestyle | Blogs de la rédaction | Divers | Native Advertising | Juris | Art & Marché | Billets d'humeur | Industrie immobilière



Les entretiens du JDE

Frederic Buisson, délégué syndical Groupe adjoint CFE – CGC du groupe Casino : "Casino conserve un temps d’avance par rapport à la concurrence"

François Bertauld, PDG de Médiane Système : "Aujourd’hui les entreprises de services du numérique sont devenues un soutien essentiel à l’innovation industrielle."

Justine Huiwen ZHANG : "Mieux comprendre la Chine"

Bernard Attali : "Un vent de violence"

Guerre économique : « c’est un leadership mondial qui se joue »

​Droite-gauche : la fin d’une époque ?

Laurence Gilardo, déléguée syndicale SNTA/FO du groupe Casino : « les salariés comme les syndicats du groupe Casino doivent resserrer les rangs »

« Dans les échanges économiques entre les entreprises, la professionnalisation et l’éthique sont indissociables de la fonction achat », Bruno Crescent, ancien directeur des achats d’EDF










Rss
Twitter
Facebook