Journal de l'économie

Envoyer à un ami
Version imprimable

Le Business aux USA : Une affaire de préparation





Le 5 Février 2019, par France-esta.fr

Voyager aux États-Unis pour les affaires nécessite un haut niveau de préparation. Tant pour être en phase avec la culture d’entreprise que parce que ce travail préparatoire déterminera le succès de la mission. Il n’y a pas de place pour l’improvisation en la matière, l’efficacité prime.


Le contexte relationnel et décisionnaire

Bien connaître vos interlocuteurs est une première étape. Leur fonction, c’est-à-dire leur capacité de décision, est souvent bien définie au sein de l’organisation même si chacun pourra donner son avis lors de la réunion.  
C’est vote offre qui compte, elle doit être parfaitement explicite et son potentiel technique et commercial mis en évidence. Faire rapide, directe, claire et efficace sont les mots d’ordre.
 
La logistique à cœur : « Le temps c’est de l’argent »

La ponctualité est également une vertu cardinale. Qui dit préparation dit aussi organisation logistique sans faille. Documents de voyage, demande d'ESTA USA, hébergement, doivent faire l’objet d’un choix alliant praticité et efficacité.
Vote réunion sera elle aussi inscrite dans un planning préparé. L’ordre du jour est indispensable et il faudra en respecter le bon déroulement. Vos interlocuteurs ne vous laisseront probablement pas le temps de dépasser ce cadre ou de rattraper votre retard éventuel.
 
Être direct et décontracté ne rime pas avec familiarité.

Le regard franc et la poignée de main virile sont des marques d’assurance appréciées. Inutile pour autant d’écraser les phalanges de vos interlocuteurs malgré une certaine tendance qui s’affiche actuellement ! Mieux vaut attende de vos interlocuteurs l’usage de votre prénom avant de vous lancer de votre côté. C’est affaire de contexte et de géographie. Si cette forme de cordialité est employée, ce sera un signal positif. De même pour le code vestimentaire qui est fonction de votre domaine d’activité et du contexte de la réunion.
 
Le « small talk » avant le dur

Introduire votre réunion brièvement, sans lien avec le sujet est une bonne approche. Il est utile de préparer cet échange préalable avec un thème de culture générale ou d’intérêt pour vos interlocuteurs. Cela permettra de créer le liant. Il faudra cependant passer rapidement au motif central de votre réunion et entrer sans autre formule de style directement dans le business proprement dit. Des arguments clairs, chiffrés, dont les sources sont crédibles et identifiées seront nécessaires pour charpenter votre démonstration et ancrer vos arguments. Les échanges se construiront sur cette base argumentaire.
 
Laisser vos coordonnées 

L’échange de cartes est de plus en plus effectué par mode électronique. Votre business card au format digital devra donc être prête à l’emploi. Les réseaux sociaux et notamment Linkedin sont bien entendu utilisés pour finaliser l’échange et le suivi de la relation.
 
 
Pour finir, la culture des affaires aux États-Unis impose plus qu’ailleurs un très bon niveau de préparation. L’improvisation n’est pas de mise et le travail d’argumentation doit être étayé de manière consistante et solide. Au pays de l’efficacité, chaque détail compte. Ce professionnalisme poussé dans ses moindres retranchements est la condition pour créer la confiance. Une fois celle-ci acquise les choses avancent rapidement et peuvent dépasser vos espérances.

Article proposé par : France-esta.fr

 




Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Le JDE promeut la liberté d'expression, dans le respect des personnes et des opinions. La rédaction du JDE se réserve le droit de supprimer, sans préavis, tout commentaire à caractère insultant, diffamatoire, péremptoire, ou commercial.

France | International | Entreprises | Management | Lifestyle | Blogs de la rédaction | Divers | Native Advertising | Juris | Art & Marché | Billets d'humeur



Les entretiens du JDE

« Accueillir c’est protéger ! » par Frédéric Giqueaux

Karine Schrenzel, PDG des 3 Suisses : « L’envie d’entreprendre est un sentiment que j’ai toujours porté en moi »

Les gilets jaunes sont-ils populistes ? par Francois-Bernard Huyghe

L’avenir de l’Europe passe par la Culture

Frédéric Pierucci : « Il y a une opportunité stratégique de rachat à GE de la branche nucléaire d’Alstom »

Guillaume Alvarez, vice-président senior de Steelcase : manager une entreprise mondialisée en France

Stéphane Roussel, COO de Vivendi et PDG de Gameloft : « Je me vois comme un dénicheur de talents »

La crise des gilets jaunes analysée par Eric Delbecque










Rss
Twitter
Facebook