Journal de l'économie

Envoyer à un ami
Version imprimable

Le FMI inquiet de la guerre commerciale entre les États-Unis et la Chine





Le 9 Octobre 2018, par

Si le FMI estime que l'économie mondiale a su rebondir après la crise financière de 2008, l'institution de Washington se montre prudente pour les prochaines années. En cause, la guerre commerciale impulsée par l'administration Trump.


Le Fonds monétaire international a listé les difficultés qui risquent de réduire la croissance mondiale dans les prochaines années. En Europe, le Brexit et la situation de l'Italie inquiètent : le Royaume-Uni, et dans une moindre mesure l'Union européenne, pourraient subir le contre-coup d'une sortie de Londres sans accord commercial entre les deux parties. Quant à l'Italie, la volonté du gouvernement de coalition entre les Cinq Étoiles et la Ligue de relancer l'économie par la dépense publique va plomber un peu plus la dette du pays. Le FMI estime que la croissance en Europe se limitera à 2% pour l'année prochaine. 

L'Allemagne serait également touchée par ce recul de la croissance, pour une raison simple : le pays, qui exporte beaucoup en Chine, pourrait être une victime collatérale de la guerre commerciale entre les États-Unis et la Chine. En instituant des droits de douane pour de nombreux produits produits en Chine et importés sur le sol américain, la Maison Blanche a mis le doigt dans un engrenage qui ne peut que provoquer une friction dans la machine économique mondiale. 

En 2019, la Chine devrait pâtir deux fois plus que les États-Unis de cette guerre commerciale. La croissance américaine devrait être de 2,9% l'année prochaine, grâce au stimulus fiscal de l'administration Trump. Le FMI relève cependant qu'à terme, c'est l'industrie automobile américaine ainsi que ses fournisseurs au Japon et en Mexique qui en paieront le prix. 


Journaliste spécialisé dans les nouvelles technologies, Olivier Sancerre est aussi versé dans... En savoir plus sur cet auteur

Tags : fmi

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Le JDE promeut la liberté d'expression, dans le respect des personnes et des opinions. La rédaction du JDE se réserve le droit de supprimer, sans préavis, tout commentaire à caractère insultant, diffamatoire, péremptoire, ou commercial.

France | International | Entreprises | Management | Lifestyle | Blogs de la rédaction | Divers | Native Advertising | Juris | Art & Marché | Billets d'humeur | Industrie immobilière



Les entretiens du JDE

Frederic Buisson, délégué syndical Groupe adjoint CFE – CGC du groupe Casino : "Casino conserve un temps d’avance par rapport à la concurrence"

François Bertauld, PDG de Médiane Système : "Aujourd’hui les entreprises de services du numérique sont devenues un soutien essentiel à l’innovation industrielle."

Justine Huiwen ZHANG : "Mieux comprendre la Chine"

Bernard Attali : "Un vent de violence"

Guerre économique : « c’est un leadership mondial qui se joue »

​Droite-gauche : la fin d’une époque ?

Laurence Gilardo, déléguée syndicale SNTA/FO du groupe Casino : « les salariés comme les syndicats du groupe Casino doivent resserrer les rangs »

« Dans les échanges économiques entre les entreprises, la professionnalisation et l’éthique sont indissociables de la fonction achat », Bruno Crescent, ancien directeur des achats d’EDF










Rss
Twitter
Facebook