Journal de l'économie

Envoyer à un ami
Version imprimable

Le chiffre d'affaires de la restauration à table a plongé





Le 28 Septembre 2021, par Olivier Sancerre

Le secteur de la restauration à table, c'est-à-dire les cafés, bars, brasseries ou encore les cafétérias, a subi une lourde perte de son chiffre d'affaires durant les sept premiers mois de l'année : -68% par rapport à 2019 !


Lourdes pertes pour l'ensemble du secteur

Le secteur de la restauration a sans nul doute été l'un de ceux qui ont été les plus touchés par la crise sanitaire. Les cafés et les restaurants ont subi des fermetures administratives durant de longues semaines et l'activité n'a pu réellement reprendre qu'avec la levée des restrictions sanitaires au printemps. Selon NPD Group, la restauration commerciale a subi une perte de son chiffre d'affaires de 45% de janvier à juillet, par rapport à la même période pré-Covid de 2019. La fréquentation a chuté de 39%.

Mais c'est la restauration à table qui a le plus perdu, avec un chiffre d'affaires qui a dévissé de 68%, tandis que la restauration rapide s'en est mieux sorti avec -17%. Le secteur de la restauration commerciale comprend le service à table (cafétérias, cafés, brasseries ou encore bars), la restauration rapide (de type fast-food, sandwicheries, boulangeries et vente à emporter/livrée), la restauration en entreprise, les distributeurs automatiques, ainsi que la restauration dans les lieux de loisirs et les transports.

La restauration rapide s'en tire mieux

Pris dans son ensemble, cette activité a pesé 57 milliards d'euros en 2019 en France. Autant dire un secteur économique qui pèse très lourd en termes non seulement de chiffre d'affaires, mais aussi d'emploi. Si la restauration à table a particulièrement souffert, d'autres ont su tirer leur épingle du jeu comme la restauration rapide donc, des chaînes ont même pu ouvrir des points de vente durant la pandémie en misant sur la vente à emporter et la livraison.

Les livraisons ont ainsi doublé durant les sept premiers mois de l'année, relève NPD. Les ventes en « drive » ont explosé de 75%. Le secteur de la restauration commerciale a dû s'adapter à marche forcée. Et il faudra continuer sur ce chemin, puisque le cabinet ne prévoit pas de retour à la normale, c'est à dire le niveau de 2019, avant 2023.



Tags : restauration

Nouveau commentaire :
Twitter

Le JDE promeut la liberté d'expression, dans le respect des personnes et des opinions. La rédaction du JDE se réserve le droit de supprimer, sans préavis, tout commentaire à caractère insultant, diffamatoire, péremptoire, ou commercial.

France | International | Entreprises | Management | Lifestyle | Blogs de la rédaction | Divers | Native Advertising | Juris | Art & Culture | Prospective | Industrie immobilière | Intelligence et sécurité économique - "Les carnets de Vauban"













Rss
Twitter
Facebook