Journal de l'économie

Envoyer à un ami
Version imprimable

Le gendarme de la Bourse US s’intéresse aux rémunérations des dirigeants de Nissan





Le 29 Janvier 2019, par

Les soucis judiciaires s’accumulent pour Nissan. La SEC, le gendarme de la Bourse américaine, a lancé une enquête concernant la rémunération de ses cadres aux États-Unis.


Nissan est déjà dans l’œil du cyclone au Japon, où l’entreprise est mise en cause en tant qu’entité morale : la justice japonaise l’a inculpé deux fois, le constructeur automobile ayant remis les rapports boursiers contenant les dissimulations des revenus de Carlos Ghosn entre 2010 à 2018. L’ex-président de Nissan (ainsi que de Renault) est incarcéré à Tokyo depuis mi-novembre, la justice le soupçonnant de malversations fiscales. Depuis, il a dû renoncer à ses différents postes au sein de l’Alliance Renault-Nissan, premier constructeur automobile mondial.

Le Japon n’est pas le seul pays à s’intéresser à la gouvernance de Nissan. La Securities and Exchange Commission (SEC) veut également en savoir plus sur la rémunération des cadres dirigeants du constructeur automobile aux États-Unis. L’entreprise a confirmé la demande du régulateur américain de la Bourse et précise qu’il coopère « pleinement » à l’enquête. La SEC veut s’assurer que le groupe a bien présenté les rémunérations exactes de ses dirigeants : c’est exactement le reproche fait par la justice japonaise à Carlos Ghosn et son ancien bras droit Greg Kelly.

Si le gendarme de la Bourse devait constater des infractions dans la communication des rémunérations de ses cadres aux États-Unis, l’entreprise encourt des sanctions qui entacheraient un peu plus son image de marque. Du côté de Greg Kelly, on indique n’avoir reçu aucune convocation de la SEC ; les représentants de Carlos Ghosn n’ont pas commenté cette nouvelle mauvaise nouvelle provenant des États-Unis.


Journaliste spécialisé dans les nouvelles technologies, Olivier Sancerre est aussi versé dans... En savoir plus sur cet auteur

Tags : Nissan

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Le JDE promeut la liberté d'expression, dans le respect des personnes et des opinions. La rédaction du JDE se réserve le droit de supprimer, sans préavis, tout commentaire à caractère insultant, diffamatoire, péremptoire, ou commercial.

France | International | Entreprises | Management | Lifestyle | Blogs de la rédaction | Divers | Native Advertising | Juris | Art & Marché | Billets d'humeur | Industrie immobilière



Les entretiens du JDE

Frederic Buisson, délégué syndical Groupe adjoint CFE – CGC du groupe Casino : "Casino conserve un temps d’avance par rapport à la concurrence"

François Bertauld, PDG de Médiane Système : "Aujourd’hui les entreprises de services du numérique sont devenues un soutien essentiel à l’innovation industrielle."

Justine Huiwen ZHANG : "Mieux comprendre la Chine"

Bernard Attali : "Un vent de violence"

Guerre économique : « c’est un leadership mondial qui se joue »

​Droite-gauche : la fin d’une époque ?

Laurence Gilardo, déléguée syndicale SNTA/FO du groupe Casino : « les salariés comme les syndicats du groupe Casino doivent resserrer les rangs »

« Dans les échanges économiques entre les entreprises, la professionnalisation et l’éthique sont indissociables de la fonction achat », Bruno Crescent, ancien directeur des achats d’EDF










Rss
Twitter
Facebook