Journal de l'économie

Envoyer à un ami
Version imprimable

Le groupe PSA verse une prime de plus de 3 800 euros à ses salariés





Le 27 Février 2019, par

C’est indéniablement la bonne nouvelle du jour pour les employés français du groupe PSA. Les salariés du constructeur automobile qui gagnent jusqu’à deux fois le smic recevront une prime de plus de 3 800 euros.


Carlos Tavares, le patron du groupe PSA, avait des airs de Père Noël lorsqu’il a annoncé la prime au micro de France Info. « Nous allons verser, au titre des résultats de 2018, une prime de performance et d’intéressement de 3 810 euros » aux employés français de l’entreprise qui gagnent « un salaire inférieur ou égal à deux smic », a-t-il précisé. Il s’agit de saluer les très bons résultats du constructeur automobile : les marques Peugeot, Citroën, DS, Opel et Vauxhall ont vendu 3,88 millions de véhicules l’an dernier. 

Les résultats pour l’exercice 2018 sont « historiques », s’est réjouit Carlos Tavares. Le bénéfice net enregistré par le groupe PSA a atteint 2,83 milliards d’euros, un chiffre en progression de 47% par rapport à l’année précédente. Le chiffre d’affaires n’est pas en reste, puisqu’il est en hausse de 18,9% à 74,03 milliards d’euros. La bonne santé du groupe se poursuit donc, après une année 2017 de haute tenue, grâce notamment à l’apport des marques Opel et Vauxhall. Les conditions de marché l’an dernier ont été plus difficiles, notamment en raison de la mise en place de nouvelles normes européennes.

Le groupe PSA verse une prime de performance à ses salariés depuis plusieurs années. En 2017, l’entreprise avait octroyé un bonus de 2 660 euros ; le constructeur automobile ajoute donc plus de 1 000 euros par rapport à l’an dernier. Cette prime n’a par ailleurs rien à voir avec la « prime Macron » que l’exécutif a demandé aux entreprises de verser à leurs salariés pour soutenir le pouvoir d’achat.


Journaliste spécialisé dans les nouvelles technologies, Olivier Sancerre est aussi versé dans... En savoir plus sur cet auteur

Tags : PSA

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Le JDE promeut la liberté d'expression, dans le respect des personnes et des opinions. La rédaction du JDE se réserve le droit de supprimer, sans préavis, tout commentaire à caractère insultant, diffamatoire, péremptoire, ou commercial.

France | International | Entreprises | Management | Lifestyle | Blogs de la rédaction | Divers | Native Advertising | Juris | Art & Marché | Billets d'humeur | Industrie immobilière



Les entretiens du JDE

Frederic Buisson, délégué syndical Groupe adjoint CFE – CGC du groupe Casino : "Casino conserve un temps d’avance par rapport à la concurrence"

François Bertauld, PDG de Médiane Système : "Aujourd’hui les entreprises de services du numérique sont devenues un soutien essentiel à l’innovation industrielle."

Justine Huiwen ZHANG : "Mieux comprendre la Chine"

Bernard Attali : "Un vent de violence"

Guerre économique : « c’est un leadership mondial qui se joue »

​Droite-gauche : la fin d’une époque ?

Laurence Gilardo, déléguée syndicale SNTA/FO du groupe Casino : « les salariés comme les syndicats du groupe Casino doivent resserrer les rangs »

« Dans les échanges économiques entre les entreprises, la professionnalisation et l’éthique sont indissociables de la fonction achat », Bruno Crescent, ancien directeur des achats d’EDF










Rss
Twitter
Facebook