Journal de l'économie

Envoyer à un ami
Version imprimable

Le moral des ménages reste au plus bas





Le 11 Avril 2014, par

Le début timide de reprise n'existe encore que sur le papier. Dans les faits, la vie de tous les jours est resté aussi difficile qu'elle l'était il y a un an. Une étude Ipsos Mori pour la société de gestion financière Genworth l'indique très clairement.


D'après cette étude, un ménage français sur cinq éprouve des difficultés financières; pour 54% des sondés, boucler les fins de mois est un exercice difficile de temps en temps. L'indice de sécurité financière s'affiche à un plus bas de 34 sur 100, du jamais vu pour 2007. Au-delà des indices macro-économiques ressassés par les politiques et les économiques, la vie quotidienne reste donc marquée par une forte précarité, qui s'incarne non seulement dans les portefeuilles, mais aussi dans la perception des Français de la situation économique du pays.
 
Même si la France est en cinquième ou sixième position en terme de puissance dans le monde, et la deuxième économie en Europe derrière l'Allemagne, la perception des consommateurs en fait la neuvième puissance économique européenne, quand l'Espagne, pourtant durement frappée par la crise, arrive en huitième place. 
 
Or, « le sentiment et les dépenses des consommateurs sont des éléments moteurs clés pour la croissance », écrit l'étude. Et si l'on ne se sent pas à l'aise « dans sa tête » pour consommer, on consommera moins, préférant garder son argent en cas de coup dur… qui pourrait ne jamais arriver. Tout est affaire de perception. De fait, le moral des ménages est particulièrement faible, seuls 18% des familles croyant en une amélioration à court terme. À l'inverse, une grande majorité ne croit pas en un changement de leur situation financière.


Journaliste spécialisé dans les nouvelles technologies, Olivier Sancerre est aussi versé dans... En savoir plus sur cet auteur


Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Le JDE promeut la liberté d'expression, dans le respect des personnes et des opinions. La rédaction du JDE se réserve le droit de supprimer, sans préavis, tout commentaire à caractère insultant, diffamatoire, péremptoire, ou commercial.

France | International | Entreprises | Management | Lifestyle | Blogs de la rédaction | Divers | Native Advertising | Juris | Art & Marché | Billets d'humeur | Industrie immobilière



Les entretiens du JDE

​Droite-gauche : la fin d’une époque ?

Laurence Gilardo, déléguée syndicale SNTA/FO du groupe Casino : « les salariés comme les syndicats du groupe Casino doivent resserrer les rangs »

« Dans les échanges économiques entre les entreprises, la professionnalisation et l’éthique sont indissociables de la fonction achat », Bruno Crescent, ancien directeur des achats d’EDF

Pierre Bergounioux : « Les gouvernements, de droite comme de gauche, ont accompli le tour de force, depuis un demi-siècle, de ne rien changer à l’ordre des choses »

Marc Lazar : « La peuplecratie, c’est l’idée que la souveraineté du peuple est sans limites ».

Guillemette Devernois : « Maladies rares : Il faut s’emparer des avancées de la recherche scientifique »

« Appel à la guérilla mondiale »

Nicolas Pham, cofondateur de Beaubleu : « la Maison aux aiguilles rondes »










Rss
Twitter
Facebook