Journal de l'économie

Envoyer à un ami
Version imprimable

Le patron d’Airbus brocarde les « folies » des Brexiters





Le 25 Janvier 2019, par

En cas de Brexit sans accord, de nombreuses entreprises qui travaillent avec l’Union européenne risquent de devoir faire face à davantage de complexité, et pourquoi pas à des taxes douanières. Airbus veut absolument éviter cet écueil.


Tom Enders, le patron d’Airbus, quittera son poste en avril. Mais il n’entend pas rester silencieux sur l’avenir du groupe au Royaume-Uni : dans une vidéo où il s’adresse à l’opinion publique britannique et plus spécialement aux députés, il n’a pas de mot assez dur pour qualifier les difficultés auxquelles feront face l’avionneur en cas de « hard Brexit ». Il parle même de « honte » : deux ans après le référendum, les entreprises installées au Royaume-Uni ne peuvent toujours pas planifier leur avenir dans le pays. Il prévient aussi que sans accord sur le divorce entre Londres et Bruxelles, des décisions « potentiellement douloureuses » pourraient être prises par l’avionneur.

Airbus est un employeur très important au Royaume-Uni, où il fait produire la quasi-totalité des ailes de ses avions ainsi que des satellites (l’entreprise possède le constructeur SSTL). Le groupe emploie 14 000 personnes, réparties sur 25 sites. Il semble difficile d’imaginer Airbus faire ses valises et rapatrier ses activités britanniques ailleurs en Europe ou dans le monde. Ce d’autant qu’Airbus a beaucoup investi dans la modernisation de ses usines. Néanmoins, Tom Enders explique dans la vidéo que les investissements outre Manche pourraient se tarir : « le secteur aéronautique est un secteur de long terme, et nous pourrions être contraint de re-diriger des investissements futurs dans l'hypothèse d'un Brexit sans accord ».

Le patron d’Airbus s’en prend vivement aux « brexiters » dont il brocarde les « folies ». Même si l’entreprise possède d’importantes usines au Royaume-Uni, il n’est pas dit qu’elle y restera toujours et qu’elle n’en partira jamais. « Ils ont tort », assène-t-il, en rappelant que d’autres pays seraient certainement ravis d’accueillir la production d’ailes (l’Allemagne a déjà montré des signes d’intérêt).


Journaliste spécialisé dans les nouvelles technologies, Olivier Sancerre est aussi versé dans... En savoir plus sur cet auteur

Tags : Brexit

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Le JDE promeut la liberté d'expression, dans le respect des personnes et des opinions. La rédaction du JDE se réserve le droit de supprimer, sans préavis, tout commentaire à caractère insultant, diffamatoire, péremptoire, ou commercial.

France | International | Entreprises | Management | Lifestyle | Blogs de la rédaction | Divers | Native Advertising | Juris | Art & Marché | Billets d'humeur | Industrie immobilière



Les entretiens du JDE

Frederic Buisson, délégué syndical Groupe adjoint CFE – CGC du groupe Casino : "Casino conserve un temps d’avance par rapport à la concurrence"

François Bertauld, PDG de Médiane Système : "Aujourd’hui les entreprises de services du numérique sont devenues un soutien essentiel à l’innovation industrielle."

Justine Huiwen ZHANG : "Mieux comprendre la Chine"

Bernard Attali : "Un vent de violence"

Guerre économique : « c’est un leadership mondial qui se joue »

​Droite-gauche : la fin d’une époque ?

Laurence Gilardo, déléguée syndicale SNTA/FO du groupe Casino : « les salariés comme les syndicats du groupe Casino doivent resserrer les rangs »

« Dans les échanges économiques entre les entreprises, la professionnalisation et l’éthique sont indissociables de la fonction achat », Bruno Crescent, ancien directeur des achats d’EDF










Rss
Twitter
Facebook