Journal de l'économie

Envoyer à un ami
Version imprimable

Le plan bio du gouvernement





Le 26 Juin 2018, par

Le gouvernement a de l’ambition en matière d’agriculture biologique : plus que doubler les surfaces agricoles exploitées en bio à la fin du quinquennat.


À l’horizon 2022, les surfaces exploitées en bio devront représenter 15% des terres agricoles françaises, contre 6,5% aujourd’hui. Stéphane Travert, le ministre de l’Agriculture, a présenté son plan Ambition Bio ce lundi 25 juin. Il a les moyens de ses ambitions, puisqu’une ligne budgétaire de 1,1 milliard d’euros est dédiée à la mise en œuvre de ce plan. Les agriculteurs bios en particulier vont bénéficier d’un crédit d’impôt relevé à 3 500 €, soit 1 000 € de plus... alors que ce dispositif devait disparaître l’an dernier.

Pour parvenir à ses objectifs, le ministère de l’Agriculture veut « faciliter le déclic de la conversion », explique Stéphane Travert au Parisien. « Chaque agriculteur doit en être convaincu : on peut vivre du bio ». Le gouvernement va s’appuyer sur les collectivité locales et les projets alimentaires territoriaux. Un axe de recherche est également en place pour développer de nouveaux produits. Il y a également un volet formation, « beaucoup de lycées agricoles ont fait leur conversion », se réjouit le ministre.

Cela ne veut pas dire que tout va bien dans le meilleur des mondes. Les sénateurs ont ainsi retoqué la proposition de mettre 20% de bio dans les cantines d’ici 2022, une disposition contenue dans la loi Alimentation. Stéphane Travert « espère convaincre les sénateurs » : « 7 millions d’enfants vont chaque jour à la cantine et ils auront accès, grâce à cette mesure, à des repas plus sains et plus durables ». Quant au coût des repas bio dans les cantines, le ministre estime qu’il n’augmentera pas en prenant en compte le gaspillage alimentaire : « C’est cela que nous voulons réussir : articuler la montée en gamme dans la restauration collective et un accès de tous à cette alimentation ».


Journaliste spécialisé dans les nouvelles technologies, Olivier Sancerre est aussi versé dans... En savoir plus sur cet auteur

Tags : agriculture

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Le JDE promeut la liberté d'expression, dans le respect des personnes et des opinions. La rédaction du JDE se réserve le droit de supprimer, sans préavis, tout commentaire à caractère insultant, diffamatoire, péremptoire, ou commercial.

France | International | Entreprises | Management | Lifestyle | Blogs de la rédaction | Divers | Native Advertising | Juris | Art & Marché | Billets d'humeur | Industrie immobilière



Les entretiens du JDE

Guerre économique : « c’est un leadership mondial qui se joue »

​Droite-gauche : la fin d’une époque ?

Laurence Gilardo, déléguée syndicale SNTA/FO du groupe Casino : « les salariés comme les syndicats du groupe Casino doivent resserrer les rangs »

« Dans les échanges économiques entre les entreprises, la professionnalisation et l’éthique sont indissociables de la fonction achat », Bruno Crescent, ancien directeur des achats d’EDF

Pierre Bergounioux : « Les gouvernements, de droite comme de gauche, ont accompli le tour de force, depuis un demi-siècle, de ne rien changer à l’ordre des choses »

Marc Lazar : « La peuplecratie, c’est l’idée que la souveraineté du peuple est sans limites ».

Guillemette Devernois : « Maladies rares : Il faut s’emparer des avancées de la recherche scientifique »

« Appel à la guérilla mondiale »










Rss
Twitter
Facebook