Journal de l'économie

Envoyer à un ami
Version imprimable

Le recul du PIB grec a été de 24% en six ans





Le 12 Mars 2014, par

L’impact de la crise économique sur l’économie de la Grèce, qui avec l’Irlande et l’Espagne a été l’un des pays européens les plus touchés par la crise mondiale de 2008, a été énorme. La publication, ce mardi, des dernières données de l’Institut grec Elstat (l’équivalent de l’Insee français) permettent de mieux visualiser cet impact.


cc/flickr/kbovard
cc/flickr/kbovard
En 2013, le produit intérieur brut de la Grèce a de nouveau chuté de 3,9%. Une chute même supérieure aux estimations de février qui parlaient de 3,7%. Cette nouvelle chute permet à l’Elstat de qualifier la récession de ces six dernières années de « la plus profonde de l’histoire du pays ». Un titre bien sombre mais qui s’explique par les chiffres.

Depuis 2008, c’est-à-dire depuis le début de la crise, le PIB de la Grèce a reculé de 24%. Une chute qui s’est accompagnée d’une chute de la consommation de 26% en six ans ainsi que d’un chômage record. Il y a actuellement 28% de chômeurs en Grèce, le pire résultat de la zone euro. Les plus touchés, comme toujours, sont les jeunes.

Avec la crise, se sont également les investissements qui ont baissé, et pas d’un peu. Près de 60% d’investissements de moins ont été réalisés en six ans par rapport aux niveaux d’avant-crise. La chute de la construction et réduction des dépenses des ménages et des entreprises n’ont pas aidé.

Seul secteur qui tire légèrement son épingle du jeu, le tourisme, qui a enregistré des records en 2013. Mais le niveau ne suffit pas, à lui seul, à redresser un pays tout entier.

Toutefois, les analystes font planer l’espoir que cette crise soit enfin terminée. En 2014, les prévisions parlent d’un renouveau des investissements et même d’une croissance annuelle de 0,6% dans le pays. Une première bonne nouvelle pour les grecs, si elle se réalise.


Paolo Garoscio
Après son diplôme de Master en Philosophie du Langage, Paolo Garoscio a décidé de se tourner vers... En savoir plus sur cet auteur


Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Le JDE promeut la liberté d'expression, dans le respect des personnes et des opinions. La rédaction du JDE se réserve le droit de supprimer, sans préavis, tout commentaire à caractère insultant, diffamatoire, péremptoire, ou commercial.

France | International | Entreprises | Management | Lifestyle | Blogs de la rédaction | Divers | Native Advertising | Juris | Art & Marché | Billets d'humeur | Industrie immobilière



Les entretiens du JDE

​Droite-gauche : la fin d’une époque ?

Laurence Gilardo, déléguée syndicale SNTA/FO du groupe Casino : « les salariés comme les syndicats du groupe Casino doivent resserrer les rangs »

« Dans les échanges économiques entre les entreprises, la professionnalisation et l’éthique sont indissociables de la fonction achat », Bruno Crescent, ancien directeur des achats d’EDF

Pierre Bergounioux : « Les gouvernements, de droite comme de gauche, ont accompli le tour de force, depuis un demi-siècle, de ne rien changer à l’ordre des choses »

Marc Lazar : « La peuplecratie, c’est l’idée que la souveraineté du peuple est sans limites ».

Guillemette Devernois : « Maladies rares : Il faut s’emparer des avancées de la recherche scientifique »

« Appel à la guérilla mondiale »

Nicolas Pham, cofondateur de Beaubleu : « la Maison aux aiguilles rondes »









Rss
Twitter
Facebook