Journal de l'économie

Envoyer à un ami
Version imprimable

Le téléchargement illégal repart à la hausse





Le 8 Octobre 2018, par Olivier Sancerre

Si Netflix était parvenu à juguler une partie du piratage de films et de séries TV, ce n'est plus le cas : le téléchargement illégal est reparti à la hausse, selon une étude de la société Sandvine spécialisée dans les équipements réseaux.


Le succès de Netflix a fait des petits. Nombreuses sont les plateformes qui proposent désormais du contenu vidéo inédit : Amazon, Hulu, demain ce sera au tour de Disney et d'Apple de se lancer. Sans oublier des acteurs de plus petite taille comme DC (Superman, Batman…) qui tentent eux aussi de faire une place sur ce marché qui devient de plus en plus encombré. Chacun cherche à à attirer le spectateur avec des séries TV et des films exclusifs, mais voilà il est difficile de multiplier les abonnements. La plupart des consommateurs se contentent d'un ou deux forfaits, et… ils piratent le reste.

Signe des temps, la technologie BitTorrent, qui permet de télécharger facilement des contenus légaux comme illégaux, est en progression. Elle représente rien moins que 22% du trafic internet montant dans le monde. Depuis 2011, la part de BitTorrent avait fortement reculé, justement grâce à Netflix qui était alors l'unique (ou presque) service de vidéo à la demande sur abonnement. 

Les services de streaming illégaux ont eux aussi la cote : de plus en plus perfectionnés et agréables à utiliser, ils ont de plus l'avantage de proposer les œuvres les plus récentes… avant même Netflix et les autres. Autre exemple qui explique l'essor du piratage : en France, il faut s'abonner à de nombreux services pour suivre les compétitions sportives, le football notamment. D'où l'attrait des sites illégaux parmi les fans du ballon rond…





1.Posté par miyassin le 02/03/2019 02:01 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Vous avez oublié TF1.

C'est pas méchant mais Disney c'est déjà fait assez d'argent avec la belle et la bête pendant plusieurs décennies, me faire payer pour qu'il puisse recommencer non merci. Pour les récents, 1 film sur 2 est mauvais ou n'a rien a raconter (c'est mon avis) si c'est pour rajouter 15 series aux 30 films par ans déjà proposé, ça me fait 15 raison de plus pour télécharger ce qui me donne envie.
Depuis que je télécharge j'ai appris à acheter ce que j'aime vraiment en fonction de mon budget. Un ou deux manga français, comics et film indépendant ou des vrais productions artistiques comme spiderverse pour les grosses productions plus un abonnement ciné et netflix (pour l'instant, à la prochaine hausse c'est sans moi). Malheureusement j'ai un budget limité mais je suis réellement content quand j'achète et vous m'excuserez auprès de Robert kirkman mais il n'a pas vraiment besoin de moi et de rick apparemment.
Bref l'argent c'est comme la confiance, ça se mérite. Et beaucoup trop ne mérite pas le mien.

Nouveau commentaire :
Twitter

Le JDE promeut la liberté d'expression, dans le respect des personnes et des opinions. La rédaction du JDE se réserve le droit de supprimer, sans préavis, tout commentaire à caractère insultant, diffamatoire, péremptoire, ou commercial.

France | International | Entreprises | Management | Lifestyle | Blogs de la rédaction | Divers | Native Advertising | Juris | Art & Marché | Prospective | Industrie immobilière | Intelligence et sécurité économique - "Les carnets de Vauban"



Les entretiens du JDE

Institut Sapiens : « Les concessions autoroutières préservent l’intérêt général »

​Jean-Luc Favène, Directeur Général de Lissac : "Notre modèle de franchise à tout pour séduire indépendants et primo-franchisés"

Quand Wall Street revêt les ailes d’Icare

La France doit consacrer l’importance stratégique d’une filière de l’hygiène

Sacha Lazimi (Yubo) : « En termes de communauté, nous sommes la première application sociale 100 % made in France »

Relance économique : de la nécessité d’intégrer la sécurisation des échanges inter-entreprises

Le chômage américain baisse… si vous excluez les CDD

TwentyTwo Real Estate: "agilité et rigueur face au risque" (Daniel Rigny)













Rss
Twitter
Facebook