Journal de l'économie

Envoyer à un ami
Version imprimable

Les Bourses chinoises perdent pied





Le 9 Juillet 2015, par

Les Bourses chinoises de Shanghai et de Shenzhen ont connu une ascension expresse… avant de connaitre, tout aussi rapidement, les affres d’une chute brusque. Que s’est-il passé ?


© Shutterstock/EconomieMatin
© Shutterstock/EconomieMatin
Les deux places boursières ont profité d’une conjoncture très favorable. À la fin de l’année dernières, la baisse inattendue des taux directeurs de la Banque centrale de Chine a rendu soudainement l’argent beaucoup plus facile à acquérir, tandis que l’immobilier baissait et que la croissance montrait des signes d’essoufflement. Ce cocktail détonnant a poussé les foyers chinois à investir sur le marché des actions, une tendance poussée par des autorités qui ont facilité l’accès aux Bourses.

C’est ainsi qu’à partir de fin 2014, les cotations des places de Shanghai et de Shenzhen ont commencé à grimper vite. Un peu trop vite, même : après avoir atteint les 5 000 points le 13 juin, l’indice de Shanghai n’affiche plus que 3 500 points ce jeudi 9 juillet. Une chute de 30% en un mois qui fait mal !

Les brokers, encouragés à prêter leur argent aux petits porteurs pour qu’ils investissent dans des actions cotées en yuans, ont vu se réduire leurs marges d’opération par les régulateurs désireux de calmer les esprits. Résultat : un mouvement de panique s’en est suivi qui a poussé les brokers à exiger de leurs clients qu’ils vendent à tout prix. Et malgré les mesures de soutien des autorités, l’hémorragie se poursuit. Est-il possible que ce krach s’exporte jusque sur les places occidentales ? Réponse dans les prochaines heures.


Journaliste spécialisé dans les nouvelles technologies, Olivier Sancerre est aussi versé dans... En savoir plus sur cet auteur

Tags : Bourse, chine

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Le JDE promeut la liberté d'expression, dans le respect des personnes et des opinions. La rédaction du JDE se réserve le droit de supprimer, sans préavis, tout commentaire à caractère insultant, diffamatoire, péremptoire, ou commercial.

France | International | Entreprises | Management | Lifestyle | Blogs de la rédaction | Divers | Native Advertising







Master Class

Master Class

Vincent Stellian, président de Quietalis : « Nos clients et nos partenaires nous font confiance parce que nous sommes indépendants »

Citelum veut "prolonger la vie au-delà de la tombée de la nuit." Jean-Daniel Le Gall, directeur général adjoint.

Agriculture : le printemps européen du ministre Stéphane Travert

Olivier Maes, le monde comme territoire de marque.

Homelike Home, la Dream Team de la chasse immobilière en France

Mode : la vraie révolution digitale a juste démarré

Les enjeux de la délégation de pouvoirs

Risque Amiante : le point sur les nouvelles obligations avec SET Environnement