Journal de l'économie

Envoyer à un ami
Version imprimable

Les Français ont déjà perdu 31 millions d'euros en bitcoin cette année





Le 21 Octobre 2018, par Paul Malo

Gare aux arnaques au bitcoin : 700 épargnants ont déjà été victimes d'escroquerie sur les cryptoactifs.


Un phénomène en forte croissance

C'est en quelque sorte l'arnaque financière à la mode : depuis début 2018, ce sont plus de 700 épargnants français qui se sont faits escroquer via de faux sites de vente de bitcoins..

Au total, 31 millions d’euros de pertes ont été déclarés à l’AMF (Autorité des Marchés Financiers) à fin août. Et le phénomène ne cesse de s’aggraver. En effet, toujours selon l’AMF, alors que l’on comptait 40 réclamations en janvier, elles ont doublé en avril, et plus que triplé en mai dernier.

Une perte moyenne de 24.000 euros

Plus inquiétant encore : alors que le montant médian des préjudices était de 5.000 euros en janvier 2018, il avait quasi quintuplé en août, à 24.000 euros.
Le principe de l’arnaque est aussi simple qu’efficace : les épargnants se sont rendus sur un site web apparemment fiable leur proposant des placements en cryptomonnaies. Une fois contacté par téléphone, ils investissaient… Mais aucun bitcoin n’avait en réalité été acheté. C’est pourquoi l’AMF a établi une liste noire des sites à éviter, qui compte maintenant plus d’une cinquantaine de noms.

 




Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Le JDE promeut la liberté d'expression, dans le respect des personnes et des opinions. La rédaction du JDE se réserve le droit de supprimer, sans préavis, tout commentaire à caractère insultant, diffamatoire, péremptoire, ou commercial.

France | International | Entreprises | Management | Lifestyle | Blogs de la rédaction | Divers | Native Advertising







Les entretiens du JDE

Les entretiens du JDE

Florent Skrabacz, CEO de Shadline : « L’invisibilité des données est la clé de la résilience numérique »

Général Soubelet : « Traitons les vrais problèmes, ne poussons pas les Français à la révolte »

Entretien avec Ignacio de la Torre : "Nous vivons le début de la fin de « l’argent bon marché » !"

Fabrice Lépine, DG de Wonderbox : "Nos partenaires sont les premiers ambassadeurs de notre marque"

Vincent Stellian, président de Quietalis : « Nos clients et nos partenaires nous font confiance parce que nous sommes indépendants »

Citelum veut "prolonger la vie au-delà de la tombée de la nuit." Jean-Daniel Le Gall, directeur général adjoint.

Agriculture : le printemps européen du ministre Stéphane Travert

Olivier Maes, le monde comme territoire de marque.

















Rss
Twitter
Facebook