Journal de l'économie

Envoyer à un ami
Version imprimable

Les aides sociales conditionnées à des contreparties ?





Le 16 Février 2019, par

Le versement des aides sociales doit-il être conditionné à des contreparties ? C’est le débat, « totalement explosif », qu’Edouard Philippe a mis sur la table à l’occasion du Grand débat national.


« Qu'est-ce qu'on demande à ceux qui bénéficient de la solidarité, est-ce qu'on demande quelque chose, et si oui, quoi ? », s’est interrogé le Premier ministre durant une réunion entre élus locaux et dirigeants de PME organisée dans le cadre du Grand débat. Pour le dire autrement, l’État doit-il demander des contreparties aux allocataires des aides sociales ? La question fait régulièrement débat, comme dans le Haut-Rhin : le conseil départemental demande à ceux qui reçoivent le RSA 7 heures de bénévolat chaque semaine. Une initiative polémique prise comme exemple du caractère « explosif » du débat, comme en a convenu l’hôte de Matignon.

La conviction d’Edouard Philippe, c’est qu’il faut s’interroger sur l’éventualité de demander des contreparties, « compte tenu de l'importance de nos mécanismes de solidarité, compte tenu de nos finances publiques, compte tenu de la situation d'un pays qui est en croissance mais qui reste avec un niveau de chômage élevé ». Il a poursuivi sa réflexion : « Il faut qu'on regarde ce qu'on peut réfléchir avec nos concitoyens comme contrepartie au versement obligatoire ».

En juin dernier, Emmanuel Macron s’était étonné du « pognon de dingue » que coûtaient les aides sociales. La solidarité nationale, en France, pèse 32% de son produit intérieur brut, soit 714 milliards d’euros. De l’argent qui a permis de réduire le taux de pauvreté de 8,1 points. Edouard Philippe estime qu’il est indispensable d’avoir des « mécanismes de solidarité » en France, un pays où « la solidarité, ça compte ». Selon le Premier ministre, il s’agit de s’interroger sur la question suivante : « est-ce que cette solidarité, elle peut s'accompagner de contreparties, d'activités, d'activités d'intérêt général ? ».


Journaliste spécialisé dans les nouvelles technologies, Olivier Sancerre est aussi versé dans... En savoir plus sur cet auteur


Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Le JDE promeut la liberté d'expression, dans le respect des personnes et des opinions. La rédaction du JDE se réserve le droit de supprimer, sans préavis, tout commentaire à caractère insultant, diffamatoire, péremptoire, ou commercial.

France | International | Entreprises | Management | Lifestyle | Blogs de la rédaction | Divers | Native Advertising | Juris | Art & Marché | Billets d'humeur | Industrie immobilière



Les entretiens du JDE

Frederic Buisson, délégué syndical Groupe adjoint CFE – CGC du groupe Casino : "Casino conserve un temps d’avance par rapport à la concurrence"

François Bertauld, PDG de Médiane Système : "Aujourd’hui les entreprises de services du numérique sont devenues un soutien essentiel à l’innovation industrielle."

Justine Huiwen ZHANG : "Mieux comprendre la Chine"

Bernard Attali : "Un vent de violence"

Guerre économique : « c’est un leadership mondial qui se joue »

​Droite-gauche : la fin d’une époque ?

Laurence Gilardo, déléguée syndicale SNTA/FO du groupe Casino : « les salariés comme les syndicats du groupe Casino doivent resserrer les rangs »

« Dans les échanges économiques entre les entreprises, la professionnalisation et l’éthique sont indissociables de la fonction achat », Bruno Crescent, ancien directeur des achats d’EDF










Rss
Twitter
Facebook