Journal de l'économie

Envoyer à un ami
Version imprimable

Les conseils de Pierre Moscovici à Emmanuel Macron





Le 29 Janvier 2018, par

Pour être un « leader » en Europe, il faut d'abord terrasser les déficits publics de son pays, a conseillé Pierre Moscovici, le Commissaire européen aux Affaires économiques. L'ancien ministre socialiste a distillé ses conseils durant le Grand Rendez-vous d'Europe 1-Cnews-Les Echos ce dimanche 28 janvier.


Il faut à Emmanuel Macron « montrer l'exemple ». « C'est la raison pour laquelle cette question des déficits structurels, cette question de la maîtrise de la dépense publique, cette question de la gestion moderne de l'Etat qui prépare l'avenir, c'est une question tout à fait essentielle si on veut en effet transformer le pays », a déroulé Pierre Moscovici, qui appelle la France à passer sous la barre des 3% de déficit… et à ne pas s'arrêter en si bon chemin.

« 3% ce n'est pas une cible, c'est une limite absolue et nos règles de déficit public dessinent un chemin qui doit aller vers une réduction très forte des déficits », a-t-il rappelé. Il a également martelé que la moyenne des déficits dans la zone euro n'était pas de 2,8% ou 2,7%, « elle est à 0,9% ». Même si la France passe sous la barre des 3%, ce sera donc loin d'être suffisant. Le pays devrait sortir de la procédure pour déficit excessif ouvert par Bruxelles. Mais « la France doit viser très haut, la France doit viser la première place », a expliqué le Commissaire européen.

Pierre Moscovici a convenu que la France allait mieux : « elle va mieux sur le plan de ses déficits, elle va mieux sur le plan de sa croissance,  et elle va mieux du point de vue de ses déséquilibres ». En juin, il avait déclaré que ce que l'Europe attendait de la France, c'étaient des réformes « pour être plus compétitive, qu'elle soit solide sur ses finances publiques et ait une force de proposition dans les institutions européennes ».


Journaliste spécialisé dans les nouvelles technologies, Olivier Sancerre est aussi versé dans... En savoir plus sur cet auteur

Tags : Europe

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Le JDE promeut la liberté d'expression, dans le respect des personnes et des opinions. La rédaction du JDE se réserve le droit de supprimer, sans préavis, tout commentaire à caractère insultant, diffamatoire, péremptoire, ou commercial.

France | International | Entreprises | Management | Lifestyle | Blogs de la rédaction | Divers | Native Advertising | Juris | Art & Marché | Billets d'humeur | Industrie immobilière



Les entretiens du JDE

Guerre économique : « c’est un leadership mondial qui se joue »

​Droite-gauche : la fin d’une époque ?

Laurence Gilardo, déléguée syndicale SNTA/FO du groupe Casino : « les salariés comme les syndicats du groupe Casino doivent resserrer les rangs »

« Dans les échanges économiques entre les entreprises, la professionnalisation et l’éthique sont indissociables de la fonction achat », Bruno Crescent, ancien directeur des achats d’EDF

Pierre Bergounioux : « Les gouvernements, de droite comme de gauche, ont accompli le tour de force, depuis un demi-siècle, de ne rien changer à l’ordre des choses »

Marc Lazar : « La peuplecratie, c’est l’idée que la souveraineté du peuple est sans limites ».

Guillemette Devernois : « Maladies rares : Il faut s’emparer des avancées de la recherche scientifique »

« Appel à la guérilla mondiale »










Rss
Twitter
Facebook