Journal de l'économie

Envoyer à un ami
Version imprimable

Les cours du pétrole au plus bas





Le 19 Mars 2020, par La rédaction

Les cours du pétrole ne cessent de chuter : leur niveau avoisine désormais ceux d'il y a 18 ans. En cause, une demande mondiale atone en raison du coronavirus, et une dispute entre l'Arabie saoudite et la Russie.


Coronavirus et offre abondante

Les pays ayant pris des mesures drastiques pour ralentir l'épidémie de coronavirus ont aussi fortement réduit l'activité économique de leurs entreprises et de leurs industries. Par conséquent, la demande en pétrole est tombée à des niveaux très faibles, ce qui pousse les cours au plus bas. À New York, le baril de WTI est tombé à 20,37 dollars, une chute de plus de 24%. Du jamais vu depuis le mois de février 2002. En Europe, le baril de Brent qui fait autorité est descendu à 24,88 dollars, soit 13% de moins. C'est son niveau le plus bas depuis 2003. En tout, la valeur des deux références a perdu 60% depuis le pic enregistré en janvier, avant l'expansion mondiale du coronavirus.

La pandémie et les mesures pour la contrer sont une des raisons qui expliquent la chute brutale des cours de l'or noir, mais ce n'est pas la seule. L'effondrement des prix est aussi la conséquence d'une offre abondante : l'Opep, les pays producteurs de pétrole, et son principal allié la Russie se sont lancés dans une guerre des prix. Ils ont échoué à s'entendre sur la limitation de la production du nombre de barils par jour pour soutenir les cours.

L'Arabie saoudite inonde le marché

Devant le refus de Moscou, l'Arabie saoudite a ouvert les vannes en grand. Le principal exportateur de pétrole a annoncé son intention d'accroître ses exportations au-delà des 10 millions de barils par jour. Dans un contexte de demande faible, les cours ne peuvent donc que continuer à baisser. Et cela ne va pas s'arranger à court terme : les secteurs d'activité très consommateurs de carburants, comme le transport aérien, sont largement en chômage partiel.

Tout cela serait bénéfique pour les automobilistes : l'essence à la pompe, dont les prix sont bien sûr en grande partie indexés sur les cours du pétrole, est de plus en plus meilleur marché. Seul problème, le confinement strict dans plusieurs pays, dont la France, réduisent grandement le transport automobile. En bout de course, peu de monde profite de ces prix bas !



Tags : pétrole

Nouveau commentaire :
Twitter

Le JDE promeut la liberté d'expression, dans le respect des personnes et des opinions. La rédaction du JDE se réserve le droit de supprimer, sans préavis, tout commentaire à caractère insultant, diffamatoire, péremptoire, ou commercial.

France | International | Entreprises | Management | Lifestyle | Blogs de la rédaction | Divers | Native Advertising | Juris | Art & Marché | Prospective | Industrie immobilière | Intelligence et sécurité économique - "Les carnets de Vauban"



Les entretiens du JDE

Institut Sapiens : « Les concessions autoroutières préservent l’intérêt général »

​Jean-Luc Favène, Directeur Général de Lissac : "Notre modèle de franchise à tout pour séduire indépendants et primo-franchisés"

Quand Wall Street revêt les ailes d’Icare

La France doit consacrer l’importance stratégique d’une filière de l’hygiène

Sacha Lazimi (Yubo) : « En termes de communauté, nous sommes la première application sociale 100 % made in France »

Relance économique : de la nécessité d’intégrer la sécurisation des échanges inter-entreprises

Le chômage américain baisse… si vous excluez les CDD

TwentyTwo Real Estate: "agilité et rigueur face au risque" (Daniel Rigny)













Rss
Twitter
Facebook