Journal de l'économie

Envoyer à un ami
Version imprimable

Les défaillances d'entreprises ont fortement baissé l'an dernier





Le 11 Février 2021, par Olivier Sancerre

La crise sanitaire n'a pas provoqué une cascade de faillites. Les entreprises ont profité des mesures de soutien de l'État et du report de certaines procédures réglementaires. Mais gare au trompe l'œil.


Près de 40 % de défaillances en moins

Selon la Banque de France, 31.212 entreprises ont déclaré une défaillance l'an dernier. Un volume à comparer aux 51.201 déclarations en 2019 : d'une année sur l'autre, la baisse s'établit donc à 39%. Alors que la crise sanitaire a explosé au printemps dernier, ce recul significatif n'est pas le fait d'un miracle, mais de l'effort de l'État pour soutenir l'économie ! Et d'abord de la suspension ou du report de certaines procédures réglementaires qui ont modifié « temporairement » les dates de caractérisation et de déclaration de l'état de cessation de paiements (déclaration de l'état de cessation de paiements, par exemple).

Au-delà de ces déclarations reportées, l'aide financière des pouvoirs publics a également joué un rôle central dans le maintien en vie de plusieurs entreprises au bord de la catastrophe. Chômage partiel, fonds de solidarité, prêts garantis, report voire annulation de certaines charges sociales… Le gouvernement n'a pas été avare en mesures de soutien, c'est le fameux « quoi qu'il en coûte » théorisé par Emmanuel Macron. De plus, les banques ont autorisé le report des premiers paiements pour rembourser les prêts garantis.

Gare au retrait des aides de l'État

Tous ces dispositifs ont apporté des aides de trésorerie conséquentes et permettent aux entreprises de « réduire ou retarder le paiement de certaines charges, et donc le risque de faire défaut sur ces paiements ». Mais à un moment ou à un autre, les choses reviendront à la normale : l'État ne pourra pas éternellement maintenir à bout de bras des entreprises qui, autrement, auraient fait faillite.

À l'heure actuelle, on n'en est pas là. Le gouvernement a indiqué qu'il allait maintenir ses aides pour plusieurs secteurs toujours fermés, comme l'hôtellerie et la restauration, et les aides directes se poursuivent pour d'autres grandes entreprises comme Air France. Ce soutien devrait se poursuivre au moins jusqu'à cet été. Ensuite, il faut craindre une montée en flèche des défaillances pour toutes les entreprises qui verront le filet de sécurité de l'État se dérober sous leurs pieds.




Nouveau commentaire :
Twitter

Le JDE promeut la liberté d'expression, dans le respect des personnes et des opinions. La rédaction du JDE se réserve le droit de supprimer, sans préavis, tout commentaire à caractère insultant, diffamatoire, péremptoire, ou commercial.

France | International | Entreprises | Management | Lifestyle | Blogs de la rédaction | Divers | Native Advertising | Juris | Art & Marché | Prospective | Industrie immobilière | Intelligence et sécurité économique - "Les carnets de Vauban"



Les entretiens du JDE

Islamo…quelque chose…oui, mais quoi ?

In-house Shadow Cabinet : Un cabinet fantôme au sein des comités stratégiques

La Corporation des Incertitudes : La Génétique Managériale des Conquérants

Faut-il nationaliser Sanofi ?

Décryptage Stratégique de la Pensée Sun Tzu

Merci Donald !

Schoolab Entreprise à Mission ou comment concilier Business et enjeux sociétaux

Violence policière est fait divers













Rss
Twitter
Facebook