Journal de l'économie

Envoyer à un ami
Version imprimable

Les entreprises pourraient payer les arrêts maladie





Le 6 Août 2018, par

Les entreprises vont-elles devoir payer les arrêts maladie de leurs salariés ? C'est une des pistes envisagées par un rapport de l’Inspection générale des affaires sociales (Igas).


Le gouvernement a demandé à l'Igas de plancher sur de nouvelles pistes d'économies, et en particulier sur de nouveaux scénarios d'indemnisation. Une des propositions, révélées par Les Echos, suggère de faire prendre en charge les arrêts maladie non plus par la Sécurité sociale, mais par les entreprises. Dans le détail, cela toucherait les arrêts maladie de moins de huit jours : les entreprises paieraient quatre jours d'indemnités journalières au-delà du délai de carence.

Actuellement, après un délai de carence de trois jours, la Sécu verse des indemnités journalières à hauteur de la moitié de la rémunération. Dans le nouveau scénario de l'Igas, l'employeur prendrait donc à sa charge non plus trois mais quatre journées d'indemnisation. Les économies pour la Cnam se monteraient à 900 millions d'euros, de l'argent qui proviendraient donc directement des poches du patronat. Qui, bien évidemment, ne l'entend pas de cette oreille !

Plusieurs dirigeants ont ainsi exprimé publiquement leur désaccord vis à vis de cette mesure, qui fera l'objet d'une concertation à partir de la rentrée. Plus étonnant, les syndicats également sont vent debout : FO juge ainsi « inadmissible » de voir l'Assurance-maladie se désengager ainsi. Le coût des arrêts maladie a augmenté de 13,4% ces quatre dernières années : la Sécurité sociale a versé 7,1 milliards d'euros l'an dernier.


Journaliste spécialisé dans les nouvelles technologies, Olivier Sancerre est aussi versé dans... En savoir plus sur cet auteur


Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Le JDE promeut la liberté d'expression, dans le respect des personnes et des opinions. La rédaction du JDE se réserve le droit de supprimer, sans préavis, tout commentaire à caractère insultant, diffamatoire, péremptoire, ou commercial.

France | International | Entreprises | Management | Lifestyle | Blogs de la rédaction | Divers | Native Advertising







Master Class

Master Class

Fabrice Lépine, DG de Wonderbox : "Nos partenaires sont les premiers ambassadeurs de notre marque"

Vincent Stellian, président de Quietalis : « Nos clients et nos partenaires nous font confiance parce que nous sommes indépendants »

Citelum veut "prolonger la vie au-delà de la tombée de la nuit." Jean-Daniel Le Gall, directeur général adjoint.

Agriculture : le printemps européen du ministre Stéphane Travert

Olivier Maes, le monde comme territoire de marque.

Homelike Home, la Dream Team de la chasse immobilière en France

Mode : la vraie révolution digitale a juste démarré

Les enjeux de la délégation de pouvoirs

















Rss
Twitter
Facebook