Journal de l'économie

Envoyer à un ami
Version imprimable

Les ouvriers d’une usine belge touchent par erreur un salaire de 30 000 euros





Le 12 Novembre 2018, par François Lapierre

Les ouvriers d’une usine belge ont eu l’heureuse surprise de recevoir un salaire de 30 000 euros pour le mois d’octobre. Une somme qu’ils devront malheureusement rembourser…


Divine surprise pour les 230 ouvriers de l’aciérie de Thy-Marcinelle, à Charleroi en Belgique. Pour le mois d’octobre, ils ont en effet reçu un salaire de 30 000 euros, une somme très éloignée de leur rémunération habituelle. Celle-ci tourne généralement autour des 1 600 euros en moyenne. Noël avant l’heure donc, mais cela n’a pas duré longtemps comme on peut l’imaginer.

Ces ouvriers devaient bénéficier d’une prime de 100 euros pour le mois d’octobre. Manifestement, un bug dans la comptabilité de l’entreprise a eu pour conséquence de multiplier les euros — en l’occurrence, il s’agit des heures de travail qui ont été multipliées… par 100. L’entreprise a déboursé 7 millions d’euros dans cette histoire. Et évidemment, elle entend bien recouvrer les sommes indûment perçues. Dans un courrier, la direction réclame donc le remboursement des salaires. La loi est ici du côté de l’entreprise, qui pourra aller jusqu’en justice pour exiger le recouvrement.

Cela ne devrait pas représenter de problème pour la majorité des ouvriers. Mais pour d’autres, la situation est plus délicate : certains en ont ainsi profité pour éponger leurs dettes. Un serait allé au casino pour dépenser cet argent inattendu. Visiblement, l’entreprise va rencontrer quelques difficultés pour retrouver les sommes un peu trop généreusement versées.



Tags : salaires

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Le JDE promeut la liberté d'expression, dans le respect des personnes et des opinions. La rédaction du JDE se réserve le droit de supprimer, sans préavis, tout commentaire à caractère insultant, diffamatoire, péremptoire, ou commercial.

France | International | Entreprises | Management | Lifestyle | Blogs de la rédaction | Divers | Native Advertising | Juris | Art & Marché | Billets d'humeur | Industrie immobilière



Les entretiens du JDE

Frederic Buisson, délégué syndical Groupe adjoint CFE – CGC du groupe Casino : "Casino conserve un temps d’avance par rapport à la concurrence"

François Bertauld, PDG de Médiane Système : "Aujourd’hui les entreprises de services du numérique sont devenues un soutien essentiel à l’innovation industrielle."

Justine Huiwen ZHANG : "Mieux comprendre la Chine"

Bernard Attali : "Un vent de violence"

Guerre économique : « c’est un leadership mondial qui se joue »

​Droite-gauche : la fin d’une époque ?

Laurence Gilardo, déléguée syndicale SNTA/FO du groupe Casino : « les salariés comme les syndicats du groupe Casino doivent resserrer les rangs »

« Dans les échanges économiques entre les entreprises, la professionnalisation et l’éthique sont indissociables de la fonction achat », Bruno Crescent, ancien directeur des achats d’EDF










Rss
Twitter
Facebook